AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  

Partagez | 
 

 Journal d'un soldat du 72eme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Liam Van Hellsing




MessageSujet: Journal d'un soldat du 72eme   04.09.12 1:54

Assis sur la chaise d'un bureau, Liam ouvrit un livre, et saisit la plume qu'il piqua dans l'encre, glissant un regard à la petite peinture encadrée et protégée d'un rectangle de verre. Se prenant d'une inspiration calme dans cet endroit d'un silence mortuaire, avec pour seul perception audible les flammèches des bougies touchées par un air très léger, presque absent dans ce lieu fermé.

Citation :
Jour 1.

Voilà mon premier jour de service, et je dois dire être très satisfait et enthousiaste de son résultat et son avenir.
Pour la première fois depuis longtemps je partage les couleurs d'un véritable régiment, discipliné, intelligent, amical, fraternel, et je n'ai que confiance en ce que cela donnera.

Le connétable fut dès les premières minutes très amical et semble inspiré dans son poste, ce qui ne peut être que bénéfique, et les chevaliers champion et lieutenant ont l'attitude stricte et pourtant non tant que cela des officiers adaptés.
Mes camarades, MacDunnan, Sylfer et Wind m'ont dors et déjà offert une excellente impression, et malgré la nature sauvage de Wind, dont j'ai eu le plaisir de la voir s'instruire de mes techniques pour les retourner contre moi et ses autres adversaires, elle apprend vite et je suis sûr qu'elle a le potentiel d'apprendre bien.
La réflexion, la discipline et la fraternité planent au dessus de l'escouade nouvellement formée par l'officier Drent, ce qui ne fait que contribuer à cette première impression. Je nourris l'espoir que cela ne sera pas illusoire et que cet ordre et cette ambiance perdurent dans l'avenir.
Je suis en revanche très sceptique du rapprochement de ce régiment d'élite, mon régiment, avec la garde urbaine. Outre les questions qui se posent quant aux raisons de cette collaboration entre une troupe de guerre et les forces de l'ordre locales, mes réserves à leurs égards n'ont changés depuis aussi longtemps que je m'en souvienne, et je crains qu'ils ne puissent dans le futur entacher notre réputation et nous mettre des bâtons dans les roues. Cela dit je suppose que la structure militaro-politique de la ville suffit à elle même a expliquer cette collaboration. Le contrôle en revient aux mains du connétable.

Pour ma part, j'ai pris mes fonctions et fait le tour des rapports et du donjon, rien à signaler pour cela. Du coté de la campagne à venir, je ne saurais dire pour l'instant. Les affrontements navales ouverts entre la horde et l'alliance ont sonnés le début de la guerre totale, et je sais d'avance que le carnage sera au rendez-vous, mais de quel coté? La culture de guerre et la structure militaire de la horde ont toujours dominés l'alliance, les victoires navales récentes, l'invasion d'Orneval, l'avancée dans les Tarides et j'en passe sont des preuves flagrantes. Et la présence des réprouvés ne fait que renforcer cette menace, pour autant l'esprit de l'alliance qui va pour s'unifier ne demande qu'à se confirmer, et le jour où cela viendra sera celui où la horde déjà prise dans de nombreux conflits internes, s'entre-déchirera, ce n'est qu'une question de temps et j'ai vu assez de guerres pour le voir venir. Aucune société ne peut survivre sur des principes fondamentaux comme la haine et la guerre, et depuis que Thrall l'a quittée pour "s'élever", la horde se brutalise et se mène vers sa perte sous le règne d'un sociopathe en puissance.
Mais les ordres sont les ordres : Provoquer le maximum de dégâts, remplir les missions et prévenir leurs manoeuvres en les sabotant. Et le 72ème sera au rendez-vous. Je prévois d'avance les opérations militaire coups de poing et frappes chirurgicales où la morale n'aura plus place. Je prévois d'avance les massacres en règle, les embuscades et la chair brûlée, le goût du sang gagne mes lèvres mais ce ne sera pas le notre, pas entièrement, du moins je ne peux que l'espérer.

Les rumeurs sur ce nouveau continent où a échoué l'un des navires de Hurlevent se multiplient et s'ajoutent à celles sur une nouvelle race, une race très particulière et potentiellement fascinante. J'ai entendu dire des ambassadeurs ce soir que certains d'entre eux avaient déjà rejoint la horde, et j'ai pu constater leur présence en Hurlevent, et en l'alliance. Ce qui ne présage rien de bon pour nous, pour eux, et pour ce nouveau continent qui sera probablement le théâtre de la guerre qui s'affirme. Le conseil devrait rapidement obtenir le maximum d'informations à ce sujet, bien que je ne sache quoi en faire pour le moment. Les batteries du Lordaeronnais Voguant attendent sur les côtes du sud les directives.

Ce nouveau continent s'ajoutera t-il à l'absurdité baignée de sang d'un monde qui n'a rien à offrir? Ou serait-ce le début d'un renouveau? Qui sont ces créatures entourées d'étranges énergies apaisantes?
Les réponses viendront aussi vite que le fer.

Demain avant de prendre mon service, il me faudra passer par Comté du Nord. Une nouvelle série de meurtres a eu lieu parmi le clergé et les gardes pensent à un raid Rochenoire, mais je ne suis pas convaincu. La nature des tortures et le mode opératoire laissent suggérer un crime obsessionnel d'ordre haineux, et un crime sentimentalement humain, si on peut qualifier un crime d'humain. En tous les cas mes compétences devraient leur être utiles.

Je terminerais sur ces mots, et j'attends avec impatience de franchir les frontières d'Arathi, moins de croiser l'épée. À quoi bon aimer faire couler le sang, tuer et se déchirer la chair quand la moitié des gens croisés se vantent et sous-entendent leur impassibilité et leur goût pour le combat. Nous dirons que je ne suis pas un homme de mode, et les modes sont tout sauf intelligentes. Mais ça c'est une autre histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Liam Van Hellsing




MessageSujet: Re: Journal d'un soldat du 72eme   12.09.12 16:29

Couvert sous la tente, Liam avait sorti son journal et libéré la plume qui en était prisonnière, avant d'entreprendre d'écrire une nouvelle page.

Citation :

Jour 8.

Voilà que cette première semaine est achevée et tout s'est alors compliqué plus tôt que prévu.

Ma satisfaction a prit un coup ce dernier soir, bien que le reste gardait sa teneur.

Fraternité et échanges sont toujours à l'ordre du jour même si la jeune Wind, Florila, a valu d'attirer l'attention des officiers par un caractère des plus susceptible quant aux manières que nous autres soldats avons entre nous, et ce que j’identifie comme une jalousie poussée envers moi et mon binôme et compagne. Cependant le soir précédent celui-ci, elle s'est montré plus loquace et moins distante, allant jusqu'à écouter les conseils d'Ambre sur l'utilisation du bouclier et c'est une bonne chose.
Cette campagne a prit une tournure plus sanglante, certes le sang fait loi à la guerre, mais c'est bien la façon de le verser qui nous salit ou rend fier d'avoir agit. Depuis notre arrivée le travail de concert avec les hommes d'Arathi est à l'oeuvre, et le premier raid sur un convoi orc particulièrement et étonnamment facile a trouver fut un succès.

La suite fut en revanche plus dur. Prit pour cibles par des chasseurs d'ombres Fanécorce, tribu troll, s'en est suivit une embuscade sans surprise sous les ordres du fantassin Baeder, du fait de l'absence de tout officier à ce moment. Un passage qui fut pour moi des plus "limite" lorsque je me trouvais presque nu suite à un maléfice qui m'avait valu avant ça de coasser dans la peau visqueuse d'un crapaud. Ces trolls furent neutralisés, mais la suite fut plus douloureuse encore.
Une vendetta fut lancée par la tribu troll en rage de la mort de leurs espoirs et qui avaient suivit nos traces durant notre retraite la veille. La ruse des trolls avait neutralisée sous sommeil un certain nombre des Stromgardiens et trois des nôtres, rendant le combat égal contre leur compagnie. Et malheureusement notre vaillante défense n'avait empêchée leurs assassins d’égorger les Stromgardiens dans leur sommeil et faisant ainsi perdre des hommes précieux dans notre campagne vers la cité-fort de Stromgarde.
C'est dans le deuil que fut clos notre confrontation avec les Fanécorce et le connétable fut très satisfait de notre rapport joint d'une expertise qui fit impression.

Alors vint ce soir. Le plan fut mis au point par l'état-major et j'observais une initiative quant au plan qui fut mal accueillit par ledit état-major et nous autres soldats furent congédiés, démontrant qu'en dépit de la nature élitiste du régiment la structure reste basique dans sa conception, et la suite ne fut pas pour améliorer. Le plan tactique des plus sommaire choisit par l'état-major, il fut décider de sacrifier impunément des frères d'armes pour permettre au régiment de prendre un quartier, un seul quartier. Je dois avouer être craintif quant à la suite si il est si aisé d'envoyer les nôtres à la mort, qu'en sera t-il de nous quand il n'y aura plus d'homme a sacrifier de manière aussi expéditive? Peut être n'aurais-je pas du tourner les talons aussi vite et répondre à ce chevalier-champion qui faisait une remarque bien inexpérimentée, que des collines et flanc de montagne sont un support bien plus efficace pour infiltrer d'une unité des murailles qu'un terrain plat et dégagé.
Mais il n'est pas de mon fait de m'occuper de cela et me confronter à l'état-major, même à raison ne serait pas judicieux pour le moment, voir même après. Car si il est chose connue de tout officier que le chevalier-champion illustre bien, c'est qu'il n'y a pas plus sûr de ses compétences que ce soit fondé ou non qu'un militaire gradé, j'espère que cette prétention ne nous vaudra pas une mort prématurée dans un élan d'inconscience. Le chevalier-lieutenant fut le seul conscient de la folie de ce plan, et des trois il est le moins gradé, à mon regret.

Le plus désolant de cette soirée fut la tuerie des syndiqués désarmés. Car bien que je serais le premier d'accord que ces hommes méritaient la mort et qu'il en était la décision la plus judicieuse à prendre, que de laisser des criminels risquer de faire du mal à nouveau, le choix de les mitrailler aussi brutalement me laisse perplexe. Et ce qui fut plus perplexe encore, a été d'oser prétendre la justice du roi dans un acte aussi aisé à réprimander, et ce de la bouche d'un noble prétentieux envers qui je n'ai aucune confiance ni estime que ce Rochefoucauld. Je me méfie de lui, et je ne crois pas une seconde à son intégrité, le faux sourire qu'il me donna suite à ma discussion avec lui vis à vis de mon fils a suffit a cela. Je me suis empressé d'envoyer un courrier à Michal pour le mettre en garde, et j'attends sa réponse, en espérant qu'il ne lui soit rien arrivé.
Pour en revenir à ces hommes, si il est une chose que j'ai appris sur la justice, c'est qu'au delà de sa necessité, elle tue pour débarrasser le monde des criminels mais n'assassine pas.
Et le fait est que si la pendaison est un acte de justice face à la perfidie, le massacre d'hier dans un bain de sang et de douleur, provoquant souffrance, relevait d'un assassinat condamnable et non d'un acte de justice. Mais le fait est que la guerre a toujours corrompue autant ceux qui prétendent la justice que ceux qui la bafoue, et ce car elle se motive d'une des armes les plus puissantes qui existe : La vengeance.

Je ne sais pas à quoi m'attendre pour la suite, mais j'ai crainte que ce régiment qui fonde tant d'espoir, ne devienne non pas un symbole de justice, mais un groupe de criminels se donnant droit par les couleurs portées et dans une prétention sans nom, comme il en existe tant ici bas à l'instar de la garde, et au nord à l'instar des ces groupes dirigés par les Sombrecoeur, comme de ces pitoyables sermentés à l'ouest. Je ferais mon possible de mon simple statut de soldat pour éviter cela en combattant cette menace intelligement par les mots choisit, l'exemple et la discipline, et non par un irréfléchi comportement rebelle, je n'ai de toute façon plus l'âge pour ça. Car si nous en venions à cet état de criminels en puissance, ce serait pour moi un échec, d'autant plus en agissant en confrontation et non en persuasion. Pourtant je ne suis encore que recrue, alors il est de mon devoir de me contenter de la discipline et l'exemple, et patienter le jour où ma parole sera écoutée.

Mes recherches avancent et le conseil aura bientôt toutes les informations nécessaires quant à ce nouveau continent et le peuple qui y réside, à ma grande satisfaction. Ce peuple de ce que j'ai pu en apprendre par eux serait encore plus honorable que les premières impressions ne laissaient l'imaginer, et si ils sont aussi tournés vers la paix, l'harmonie et le désir de bonheur qu'il est prétendu, si ils se battent pour défendre leurs vies et leurs foyers comme il est prétendu, alors ce sera le premier espoir pour ce monde victimisé et absurde depuis des dizaines d'années, je ne pourrais passer à coté d'une telle opportunité. Mais il me faudra agir vite car la horde et l'alliance sont déjà là-bas, et certains êtres de ce peuples se sont déjà détachés pour rejoindre leurs causes respectives, et si la horde est un danger clair, les actes décidés de l'alliance et bien des choses que j'ai vu, n'ont fait que démontrer qu'aucune des deux factions ne puisse un jour apporter une nouvelle aube pour un monde qui agonise et sombre de plus en plus dans un chaos sans nom.

Si il y a une chance de contribuer même si peu a sauver ce monde de lui même, alors la réponse se trouve sur ce nouveau continent. J'attendrais la fin de la campagne pour commencer à me préparer. Car quelque soit mes choix, mes désirs et mes pensées, j'ai choisis de devenir un Aigle du Roi, et je le resterais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Journal d'un soldat du 72eme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Revanche des Aigles :: Bibliothèque de l'hôtel de ville :: Textes & Récits-