AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  

Partagez | 
 

 [A faire vivre] Tranches de vies

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage
avatar
Meggan Rosebury




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   18.10.12 19:12

C'était là, allongée dans un lit de la Cathédrale que Meggan se remémorait la soirée de la veille. Et plus elle y repensait, plus elle était en colère. La bataille à peine commencée, qu'elle avait été gravement blessée. Mais... Elle n'avait pas seulement été blessée physiquement, son moral en avait également prit un grand coup au point qu'elle se laissait aller aux larmes et à la fureur. Pour une première mission en tant que Vétéran du 72ème Régiment...

Elle restait allongée, sans bouger, à fixer le mur adjacent. Elle ne voulait parler à personne et ce, depuis la veille.

Après avoir été en partie soignée par Cassandre et ramenée au campement par Guenièvre, la jeune femme resta inconsciente un petit moment... Merci Guenièvre... A son réveil et, découvrant qu'elle était de retour au campement, elle restait là, à fixer le champ de bataille au loin pendant de longues minutes avant de s'éloigner un peu pour regarder la mer d'un air mélancolique.
Quelques heures plus tard, alors qu'elle s'était assoupie un instant, les troupes étaient finalement de retour, réveillant la prêtresse par un boucan sans nom. En ouvrant les yeux, son amie, Ahnastasia était debout, à côté d'elle, venant la chercher pour retourner à Hurlevent grâce à un portail magique.

De retour à la Capitale, Meggan s'était installé directement dans une chambre de la Cathédrale. Ahnastasia l'avait suivi tout le long du chemin. Aucune des deux ne parlait, il n'y avait que le silence de la nuit et les chants des clients ivres d'un bar sur le bord de la route.

Une fois à destination, Ahnastasia tenta de rompre le silence pour demander des nouvelles à la jeune prêtresse. Mais pour seule réponse, elle ne reçu qu'un froid et agressif... "Non !". Meggan s'en voulait de ne pas avoir été à la hauteur et elle voulait continuer à broyer du noir seule. Bien qu'Ahnastasia resta auprès d'elle toute la nuit, la blessée fit comme si elle n'était pas là.

Elle n'avait qu'une envie, rester allongée dans son lit et que personne ne vienne la déranger. Elle jeta tout de même un œil furtif pour voir si Ahnastasia était encore là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Claressa Brûle-flanc
Édile de Comté-du-Lac
Édile de Comté-du-Lac



MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   19.10.12 11:50

"Où sont les poulardes ?! J'ai faim ! Où sont les veaux, les rôtis, les saucisses ? Où sont les fèves, les pâtés de cerf ? Qu'on ripaille à plein ventre pour fêter notre victoire ! Y'a pas un porcelet, une chèvre rôtie, quelques cignes blancs bien poivrés ?! Ces amuse-bouche m'ont mis en appétit !"

Le Connétable frappa sur la table avec force, si bien qu’il fit sauter chopines et couverts. Sous son ordre, l’on avait dressé un gigantesque banquet dans la cours principale du donjon.

Par ailleurs, l’on y joua de la musique ; chaque Aigle du Roi eut l’occasion de faire bonne chère et l’on festoya jusqu’à tard dans la nuit, mangeant toujours moult et moult mets pour célébrer la dernière réussite des troupes humaines.

Au lendemain de la bataille victorieuse et à l’aube du fameux tournoi de chevalerie, l’ambiance était à l’amusement sous les étendards du lion d’or.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aiglesduroi.guildealliance.com
avatar
Arvon Darley




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   19.10.12 13:46


Tôt dans la matinée, nous pouvions entendre le jeune Darley en compagnie de quelques soldats du régiment ainsi que quelques rares gardes Royaux en pleine festivité matinale soudaine, pourquoi ? Impossible de savoir, certainement voulant détendre l'atmosphère alors que sa pensée reste toujours sur cette mission il y a de cela quelques jours, Harvon entraina quelques hommes dans un chant, chope en main tout en frappant du pied dans un rythme digne d'un Ménestrel...

" Mais buvons biiieen, buvons mes amis.. [ https://youtu.be/-57I146YIhE ] [ Début des paroles, 1:33 ] "

Il termina par: " Gloire a l'Alliance et Vive notre Roi ! " tout en buvant le reste de sa chope avec fougue.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Cassandre Meyer




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   27.10.12 22:21

Cassandre, ne supportant plus la "charge" d'écuyère, choisit de démissionner de ses fonctions pour redevenir une simple et digne prêtresse. De nouveau en froid avec le Connétable, elle aura été mise à l'écart pour la soirée par ce dernier.
Elle passa la soirée à l'entrée du Donjon, assise sur les marches, à réfléchir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Gueniévre




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   28.10.12 0:32

La dame blanche fit parvenir un courrier au donjon, à l'attention des Aigles du Roi, par son majordome lui même, Winston, qu'il lu :

"Chers Aigles du Roi,

Il n'est pas dans mes habitudes de renoncer si facilement au combat et à mon devoir. Mais il semblerait que le jeune Harvon ait eu raison, je n'ai pas eu le cœur aussi solide que je le cru. Comme feu mon mari, je souffre du cœur, mon médecin m'interdit tout contacte avec l’extérieur et tout changement d'émotion brusque jusqu'a nouvel ordre. Je vous annonce donc ,à contre cœur -sans mauvais jeu de mot- ma démission. Nous n'érigerons jamais de moi une statue dans la Vallée des Héros, mais j’espère que je serai au moins immortalisée dans chacun de vos cœurs chauds et pétillant de courage. Connétable, je vous le demande comme ma dernière volonté : faite triompher l'Alliance et ne laissez personne derrière vous ! J'ai confiance en vous et en votre efficacité.
Mademoiselle Rosebury, vous êtes une femme digne et droite, ne laissez pas vos blessures de guerres entraver votre mental !
Mademoiselle Garity , aiguisez vos flèches autant que votre regard, et montrez à tous qu'on ne sous-estime jamais une femme !
Fantassin Rochefoi, n'oubliez pas vos dents, je sais que vous savez sourire ! Et ne vous montrez pas trop dur bien que vous soyez solide comme un rock !
Monsieur Darley, montrez vous gentilhomme et concentré, et votre ascension vers le grade de Chevalier ne sera qu'une question de temps ! Continuez sur votre voie, je suis fière de votre chemin parcouru, déjà.
Mademoiselle Grabrysiak, je ne vous connais que peu, mais je sens dans votre regard une malice vive, j'encourage votre intelligence et ne laissez personne douter de cette arme fatale !
J'ai foi en vous, tous, que l'Alliance triomphe et gloire à sa Majestée !
N'oubliez jamais qu'avant d'être soldat, vous étiez humain.

Gueniévre Valadilene."


La dame avait laissé, comme a son habitude, un point de malice qu'elle aimait tant, des petites taquineries qui vous rappellerons son sourire tendre. Winston, aprés avoir lu la lettre, déposera le tabard de sa maitresse proprement, et une orbe de communication avec un petit mot :

Je ne peux venir à vos paroles, mais vos paroles viendrons à moi. Bien que cela me soit interdit, je répondrai à toute vos interrogations et vous apporterai conseil si besoin, seule chose que je suis une capacité de faire en l'état. Avez vous cru, réellement que vous vous débarrasseriez de moi si facilement ? Je plaisante. A bientôt, soldats et bon courage sur la voie de la réussite !

Winston partis dans un pas lent et digne, ayant effectué sa tache sans plus ni moins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Claressa Brûle-flanc
Édile de Comté-du-Lac
Édile de Comté-du-Lac



MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   28.10.12 8:47

Bien entendu, le Connétable n'avait pas manqué d'écouter avec attention le messager faire sa lecture. C'est non sans mécontentement qu'il apprit la nouvelle. De par sa bonhomie, sa gentillesse et sa prévoyance, Gueniévre était l'un des éléments majeurs des Aigles du Roi; qui avait su donner au régiment un autre angle de vue et de nouvelles considérations. Voilà une perte lourde de conséquence, vraisemblablement.

Le vieux Brûle-Flanc se caressa la barbe et palpa par la même occasion ses cicatrices, du bout des doigts, semblant réfléchir. Bientôt, sa résolution fut prise et il alla dire à tout un chacun que Madame Valadilene demeurerait autant de temps qu'il conviendra une grande alliée de Hurlevent, qu'elle devrait toujours être traitée avec respect et largesses, aussi que celui qui se monterait malséant à son égard s'attirerait les foudres courroucées de l'état-major.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aiglesduroi.guildealliance.com
avatar
Arvon Darley




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   28.10.12 19:11

Suite a la triste nouvelle du départ de Gueniévre alors qu'au début simple rumeur a son oreille , Harvon totalement surpris hurla dans l'enceinte du Donjon: " C'est IMPOSSIBLE ! l'ancêtre ne peut pas partir comme ça !! ", après quelques minutes et enfin calme, il accepta ce DRAME, se disant que ce n'est que le début des surprises, espérant un doux repos a " l'ancêtre " non sans une certaine tristesse en lui offrant tout son respect pour son service malgré son âge envers la couronne et sa Majesté notre Roi légitime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Nelsie Grivelles




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   03.11.12 9:39

Dans l'après midi de ce premier vendredi du mois, Nelsie avait transformé sa chambre à l'auberge en infirmerie, ceci afin d'obliger le soldat Delaroche à se reposer après avoir vomi sur le plancher, suite à la palpation de son estomac.

Quand vers minuit elle quitta ses camarades, Jarold, Lulla et Harvey, laissant celui-ci se faire engueuler par le Connétable pour s'être enivré et ridiculisé devant une cliente, Nelsie avait oublié le soldat Ancel. Elle ne fit donc pas attention au bruit, trop préoccupée par la douleur au flanc droit qu'elle n'avait pas voulu dire mais qui l'inquiétait et qu'elle avait hâte de soigner, et fut toute étonnée de voir l'homme en chemise dans son lit, qui se relevait vivement et essayait confusément de se lever sans y parvenir.

Elle s'approcha vivement, très professionnelle, posa sa main sur son front, lui intimant d'un geste doux mais ferme de cesser de bouger, un ordre auquel il ne pouvait de toute façon pas désobéir, bien trop fiévreux pour se relever, et lui murmura un "Je vous interdis de quitter l'infirmerie sans mon autorisation" d'un ton si décidé que le pauvre homme ne pensa sans doute plus ni où il était, dans la chambre d'une femme et non à l'infirmerie, ni qui lui parlait, une simple camarade de bataillon.

Après avoir pris quelques effets pour la nuit, elle s'en alla demander une autre chambre, et prit le temps de soigner, repensant à cette soirée pour le moins curieuse. Tout en nettoyant la plaie au flanc, une vilaine estafilade qui lui arracha quelques grimaces de douleur, elle souriait en se remémorant la rage qui l'avait prise au combat face aux ogres.

Curieusement, elle s'était déchaînée comme du temps de ses années en Norfendre, quand elle entraînait à sa suite le bataillon de l'armée régulière dans lequel elle avait acquis ses galons de sergent-chef. Une vraie furie, jurant comme ses hommes le faisaient pour se donner du courage, fonçant tête baissée, son épée pourfendant les chairs, la rage au ventre l'incitant à oublier la douleur, transcender la peur, pour défendre les valeurs du Royaume et celles, dont elle parlait peu mais qui l'inspiraient, de son paladinat.

Depuis qu'elle avait quitté le Norfendre, elle n'avait plus jamais retrouvé une telle envie d'en découdre au combat. Son service à la Garde et surtout sa rencontre avec celui qui deviendrait son bourreau moral et son ex époux, avait eu raison de sa rage et de sa ferveur.

Elle s'était éteinte au contact de cet homme et de ses manigances, elle commençait à le percevoir, tandis qu'elle finissait le bandage qu'elle serra au plus près pour éviter toute réouverture de l'estafilade qu'elle avait elle même recousue.

Même si, de son passage à la Garde elle savait avoir appris énormément, on ne devient pas Lieutenant sans expérimenter toutes sortes de choses en soi, elle commençait à se dire qu'elle avait probablement été bien en deçà de qu'elle aurait pu être, à cause de cet homme et de tout ce qu'il lui avait infligé. Humiliations, brimades, procès d'intention, mensonges, veuleries, et même la perte d'un ami très cher qui n'avait pas su lui redonner le sourire et avait fini par se lasser de son désarroi, elle avait tant enduré qu'elle avait fini par se murer dans un professionnalisme certes efficace, mais qui l'avait peu à peu écartée du monde.

En se glissant finalement dans le lit, épuisée d'avoir dû se soigner seule, elle se dit que son départ d'Uldum n'était peut-être pas aussi désespéré qu'elle le croyait et pourrait bien être le début d'une nouvelle vie pleine de promesses, au sein de ce 72ème régiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ancel Delaroche




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   03.11.12 15:50

C'est vers les quinze heures qu'Ancel rouvrit de nouveau les yeux, le visage humide de tant avoir transpiré jusque là. Il couvra la chambre d'un regard hésitant et flou, effectivement plus très sûr du lieux où il se trouvait, puis se redressa dans doute trop hâtivement, voyant pour le coup mille étoiles venir l'entourer. Un long souffle le quitta de ce soupire qu'il poussa entre ces murs, deux jours à peine d'engagement et le voilà déja malade. Qu'allaient penser le connétable, ses collègues, aussi celle dont il a bien failli peindre de sa régurgitation. La tête devenue trop lourde à porter, il dût se laisser retomber dans le lit pour faire le tour de la question et jura d'énervement d'être ainsi prisonnier des draps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Nelsie Grivelles




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   04.11.12 23:57

Fatiguée... épuisée même, Nelsie n'arrivait plus à garder ses yeux ouverts sur le livre qu'elle avait emporté dans son lit. Trop de travail ? d'épreuves ? de concentration ?

Non. Un simple souvenir qui l'avait assaillie en début de soirée à l'évocation d'Uldum et de ses déserts, devant la fontaine.

Une barge sur des eaux salines, il y a fort longtemps de cela. Un homme avec lequel elle était allée en promenade, pour quelques jours. Un collègue de la Garde, dont elle était le supérieur et qui avait su lui redonner le sourire, malgré toutes les épreuves qu'elle devait endurer à cette époque.

Une toute première nuit avec lui, sur la barge, sous les étoiles. Une soirée inoubliable, qu'elle avait pourtant oubliée, jusqu'à ce soir. Pourquoi ce soir justement... elle ne savait pas, et se posait la question tandis que ses yeux se fermaient lourdement.

Le roulis de la barge, l'odeur du sel de mer, l'intensité de son regard, la fébrilité de son désir, la chaleur de ses bras, la force de son souffle tandis qu'il l'emportait sous la tente puis l'aimait, dans ses yeux, toute la nuit, l'éclat de son désir, aussi intense que celui des étoiles, voilà ce qui lui était revenu ...

Il n'y avait pas d'étoiles dans cette région du Bois de la Pénombre, trop sombre, trop lugubre, trop nuageuse. Il n'y avait aucun reflet d'étoiles dans l'eau de la fontaine en ce début de nuit, tout comme il n'y avait plus jamais eu d'éclat de désir aussi intense, dans les yeux de ceux qu'elle avait croisés depuis des mois. Voilà peut-être pourquoi ce souvenir lui était revenu à ce moment là....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Claressa Brûle-flanc
Édile de Comté-du-Lac
Édile de Comté-du-Lac



MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   22.12.12 15:44

Harnold était resté tout l'après-midi enfermé dans ses quartiers du donjon royal, ne voulant voir personne. Son bureau, une pièce au sein de laquelle règne une forte odeur de renfermé et un luxe poussiéreux des plus oppressants, n'était éclairé que par de faibles ouvertures sur l'extérieur. Le Connétable se tenait là, engoncé dans son armure de parade, pétri dans l'inaction et regardant impassiblement par la fenêtre, comme envieux de l'activité qui fourmillait au dehors.
Son visage se froissa de telle sorte que ses traits et l'expression de sa figure paressèrent encore plus patibulaires qu'à la normale. Se redressant et prenant une posture martiale, il croisa les mains derrière son dos et marcha de long en large, à croire qu'il voulût donner plus de vigueur à sa réflexion. Finalement, il résolut de s'asseoir, attrapa un parchemin vierge et, avec hâte et détermination, s'empressa de noircir le papier. Il travailla longtemps à cette besogne. L'écriture étant ample et la rature aisée, la note ressembla bientôt à un brouillon, pour ne pas dire un vulgaire chiffon, un torche-cul.
Cette constations lui arracha un sourire en coin, et alors qu'Harnold avait terminé d'écrire, il fit mander le serviteur qui se tenait prêt à exécuter les attentes de son maître, juste derrière la porte. Aussi le laquais entra-t-il pour recevoir l'ordre vif d'affréter un équipage qui servirait d'escorte au fameux Connétable. Lequel sortit de la pièce, agitant bien haut le texte qu'il venait de rédiger.
"Je prononcerai un discours par devant la cathédrale de la Lumière, ce soir même !" harangua le vieux guerrier à ceux qui se trouvaient dans le couloir.

Alors, la rumeur commença à se répandre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aiglesduroi.guildealliance.com
avatar
Claressa Brûle-flanc
Édile de Comté-du-Lac
Édile de Comté-du-Lac



MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   07.01.13 9:09

[/!\ Up ! Sujet à faire vivre]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aiglesduroi.guildealliance.com
avatar
Kriss




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   07.01.13 10:16

C'est au milieu de la nuit que le fantassin Sunderson s'éveilla pratiquement en sursaut. Un bref coup d'oeil au alentours, et elle s'aperçut qu'elle s'était endormie à l'infirmerie, sur la chaise adjacente au lit d'Arion. Elle avait encore sa tasse de thé à la main, dont quelques gouttes froides restaient au fond. La salle était calme, les quelques blessés dormaient à poings fermés, et le seul bruit de leur respiration troublait le silence.

Tenir cette barricade avait été dur, mais le régiment s'en sortait sans pertes, malgré les blessés. Kelly avait eu le sentiment de traverser cette bataille comme un fantôme traverse un mur, tant la Lumière avait guidé la jeune femme, qui s'en sortait avec quelques menus hématomes.
Les orcs avaient été mis en déroute sans réelles difficultés, et le fantassin était convaincu que la base des orcs subirait le même sort que leurs grunts.

Après une ou deux minutes, Kelly posa sa tasse sur la table de chevet proche, puis se leva en faisant le moins de bruit possible (en ignorant le tintement que peut faire une armure lourde) et quitta l'infirmerie pour regagner les dortoirs.
Elle avançait lentement à travers les couloirs de pierre de la garnison, sa propre ombre dansant sur les murs à la lueur des torches.
Courbaturée, la tête dans le brouillard, elle s'arrêta à l'armurerie pour retirer son armure qu'elle déposa au râtelier, puis rejoignit enfin la chambre. Elle jeta son épais gambison sur le pied de son lit puis se glissa sous les draps sans attendre.

C'est le lendemain, après une nuit réparatrice, qu'elle alla rejoindre le reste du régiment pour l'entraînement matinal, à nouveau fraîche et parée au combat.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Judy Thorn




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   07.01.13 17:12

Judy se réveilla ce matin là de fort bonne heure, Panache, le chien du régiment était couché a ses pieds, comme elle le lui avait ordonné pour ne pas déranger Sieg qui avait grandement besoin de repos après ce combat qui fut mouvementé pour les aigles.

La jeune recrue Thorn resta un moment a regarder le plafond, a écouter la respirations des blessés endormis. Elle avait choisit de rester a l'infirmerie, pour être présente en cas de problème. Elle prit le temps de se réveiller tranquillement tout en se remémorant les évènements de la veille, tant de sang avait coulé, beaucoup de celui des soldats du régiments mais heureusement, aucune perte n'avait été déploré.

C'était la première fois qu'elle se retrouvait au milieux de l'action, et elle était déçue de ses agissements, le stress du combat l'ayant presque fait perdre un patient. Jamais elle ne se serait pardonner. Surtout qu'il s'agissait du soldat qui lui avait donné confiance en elle avant le combat, qui l'avait encouragé et raconté une légende pour lui donner courage alors qu'elle était terrorisée.

Néanmoins, Thorn avait raison d'avoir peur puisqu'elle n'avait pas peur pour elle même mais pour ceux qui allaient combattre, ses craintes se sont avérés plus que fondées.


Elle sortie de ses draps, en chemise et en pantalon puis elle enfila ses bottes, sa robe, son tabard et sa ceinture, elle était prête a commencer sa journée. Elle réchauffa la tisane qu'elle avait préparé pour les blessés la veille et déposa une tasse sur chaque table de chevet près de ceux-ci, après quoi elle nettoya le bol utilisé et fit le tri dans les plantes qu'il lui restait, c'était bien suffisant.

Judy prit soin de vérifier l'état de santé de chacun des patients avant d'aller nourrir le chien et de se présenter à son mentor pour débuter la journée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Claressa Brûle-flanc
Édile de Comté-du-Lac
Édile de Comté-du-Lac



MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   08.01.13 15:21

Aux combats du sixième jour ~

Les barricades avaient été dressées, les troupes mises en ordre de bataille, l'échéance passée. C'était le moment, l'instant décisif, en somme : l'heure du grand combat ! Alors que les troupes ennemies se massaient à l'extérieur de Rempart-du-Néant, Harnold longeait les murailles du fort, gardant les mains fermées et même crispées dans son dos. De loin, il semblait paisible ; en dedans, il était troublé. Seule la brume des vieux souvenirs pouvaient masquer ses présentes émotions. Touchant les murs, palpant ces pierres blanches qui font la magnificence des constructions humaines, le Connétable se remémorait le siège de Hurlevent. Cette histoire sanglante dans le cadre de laquelle la Horde noire marcha sur la capitale d'Azeroth ; cette histoire qu'il avait vécu et qui lui avait causé tant de mal, lui arrachant et son père, et son foyer.

Il s'arrêta et ferma ses fines paupières sur son visage rongé par le temps et les cicatrices. Une seule image vint à l'esprit du vieux guerrier, un relent de douleur, une réminiscence du temps jadis ; une souvenance si vieille qu'on pourrait croire qu'elle fût molle et sans saveur. Tout au contraire, elle s'avéra piquante, incisive et par dessus tout fulgurante. Le Connétable revit la mise à sac de la foret d'Elwynn, les grands pillages, les incendies de la capitale, le feu et le carnage redoublés par la haine dévastatrice des peaux vertes.


« Sire ! Sire ! s'écria un soldat de Rempart-du-Néant, l'air un peur interdit alors qu'il venait de briser la rêverie d'Harnold, l'ennemi est à portée d'arquebuse !
— Faites feu, répondit le chef des Aigles du Roi, avant d'ouvrir les yeux, totalement placide, je me porte à la défense de l'entrée ouest ! »

Et il y alla. Ralliant ses troupes en quelques mots fougueux et exaltants, il mena ses hommes d'un pas ferme sur le front de l'adversaire, assuré comme un grand triomphateur, alors même que la bataille n'avait pas commencé.

À cet instant ragaillardi, Harnold avait résolu qu'il remporterait une victoire, murmurant de façon inaudible :
« Plus jamais ça. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aiglesduroi.guildealliance.com
avatar
Mederil




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   08.01.13 18:56

Les petits plats arrivaient les uns après les autres à la fameuse table du Marquis que ce dernier présidait et en compagnie d'une dizaine d'invité, tous hauts dignitaires de la cité de Hurlevent. Comtes, Ducs, Barons, tous étaient suspendus à ses lèvres, délaissant leurs assiettes bien garnies.
Toujours des plus théâtral, le Marquis mimait avec férocité un combat imaginaire. Dans une main, il faisait tournoyer une baguette de pain qui lui servait d'épée avant de l'abattre dans le vide.


- Et c'est là ! Messieurs et mesdames ... ! Que lorsque tout espoir était perdu, je montais sur la barricade avec mon destrier, brandissant mon épée, tranchant et étripant mes adversaires ... ! Il balaya encore à sa droite puis à sa gauche avec sa baguette, puis, rajustant son bicorne, il regarda au loin, au dessus de ses invités et reprit :

- " Regardez mes amis ! Regardez comment meurt un Marquis de la Rochefoucauld ! " dit il en hurlant, comme à nouveau plongé sur le champ de bataille. Il s'abaissa soudainement, et avoua à voix basse à ses invités " Mais ce n'était là qu'un effet de style, je savais bien que la mort ne m'attendais pas... " Puis, il se releva, brandissant de nouveau son épée, faisant des gestes amples et mesurés, comme si la scène se déroulait au ralentis, manquant de frapper la Comtesse de Guiche en pleine figure.
Puis il balaya ses ennemis, un coup à droite, un coup à gauche, accompagnant ses gestes de quelques bruitages très réalistes.


- " Et là, messieurs et mesdames, j'étais seul, face à mille orcs ... ! La duchesse de Muivre ne put s'empêcher de lâcher un "Oh !" admiratif avant que le Marquis de reprenne " ... Mille orc ! Vous entendez bien ! Je fis cabrer ma monture, non sans un effet de cape des plus remarquables, avant de mener avec moi le régiment ! Nous étions plein de ce genre de courage qui ne vient qu'aux braves ... ! Il pointa l'horizon avec son épée. Et bravant mille dangers, mes Hommes et moi renversions ces bêtes immondes dans une charge des plus héroïques, marchant - que dis je - VOLANT vers la victoire ...! Le Marquis monta sur sa chaise, suscitant l'étonnement de ses convives. Puis, nous avons finalement renvoyé ces bêtes immondes dans les abysses, là ou est leur place naturelle...! Il termina son histoire en s'inclinant légèrement, sous les applaudissements nourris de ses convives. Il reprit place et croqua un bout de tarte à la fraise tout en écoutant la Comtesse de Guiche qui prenait la parole.

- Quelle histoire Marquis ! Quelle histoire ! Les convives acquiescèrent en coeur, tout à fait d'accord avec la comtesse. Mais ... Ou était le connétable Brûle Flanc à ce moment là ?
- Eh bien ... commença le Marquis ... Il devait être sûrement fort occupé à faire le genre de chose ... Qu'un connétable fait ... des choses ... militaires. Il toussota, reprenant une part de tarte à la fraise.
- Oui ... Biensûr ! Suis je bête ! Dit finalement la comtesse, en riant.
Le Marquis rit aussi et se dit qu'un petit mensonge, si l'histoire en est que plus belle, ne fait pas de mal...! Un tout, tout petit mensonge. Petit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Hallmundr Thunderbeard




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   22.01.13 23:31

Depuis quelques jours Hallmundr reste dans la forge en attendant les ordres alors que le calme règne dans le fort du Rempart-du-Néant. Même si les orcs harcèlent de temps en temps le fort ce qui l'oblige à sortir de sa tanière, marteaux en mains pour défendre le poste.
Les personnes les plus observatrices auront pu remarquer un nain monté sur un griffon coursier lui remettre un une boîte épaisse en bois ainsi qu'une lettre.
Il commença alors à passer tout son temps dans la forge, discutant avec le forgeron quand il ne s'entraîne pas avec les autres d'une tête de marteau spéciale.

_________________
Citation :
"If at first you don't succeed, call an air strike."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Claressa Brûle-flanc
Édile de Comté-du-Lac
Édile de Comté-du-Lac



MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   21.06.14 19:50

Le Connétable avait enfin quitté sa retraite de la forêt d'Elwynn pour regagner la capitale. Au grand dam de son médecin, d'ailleurs, qui ne voulait guère qu'il chevauchât avant le mois de juillet, rapport à sa blessure douloureuse. Bien qu'il parut vieilli et fatigué à ceux qui le croisèrent, il n'en demeurait pas moins résolument déterminé à reformer ce sacré bataillon des Aigles du Roi. Au cours de la soirée, il s'entretint un instant avec le Chevalier Lieutenant Hautevoile, puis alla trouver quelques uns de ses anciens soldats qui furent fort aise de recouvrer leurs couleurs.

Aux quatre coins de la ville, partout dans le royaume, la rumeur se répandit et les vétérans se rassemblèrent. Voilà qui est définitif, voilà qui est officiel : Le 72ème est de retour !

Aussi Harnold alla-t-il visiter les presses royales pour commander l'impression d'affiches de propagande. Bientôt, les murs de Hurlevent en seraient couverts.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aiglesduroi.guildealliance.com
avatar
Samuel Drent




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   22.06.14 1:34

Depuis quelques temps il n'est pas rare de voir Samuel dans les couloirs des quartiers des Aigles. De la paperasse dans les bras le plus souvent.
Cela fait néanmoins quelques jours que le vétéran du 72ème passe le plus clair de son temps à converser avec des individus souvent à l'allure loufoque. Des ingénieurs, Gnomes pour la plupart. Des plans étalés sur un bureau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Erwann Hawris




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   22.06.14 2:20

Erwann marchait dans les rues de la Cité de Hurlevent en regardant les progressions qui s'y tenaient, levant haut son menton avec fierté, saluant les citoyens d'un hochement de tête bien digne et poliment.

Vêtu d'une riche armure de plaque le brave fantassin ne baissait en aucun cas la tête devant les tavernes remplies d'ivrognes, il respirait longuement avant de mettre le premier pied devant la porte, -s'arrêta tout de même en fronçant les sourcils- Quelle taverne d' ivrognes. dit-il après être sorti, et enfin rejoignit le donjon avec la boule au ventre.


Dernière édition par Erwann Hawris le 26.06.14 13:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Garhed Corne-d'Auroch




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   22.06.14 17:24

Les ouvriers en charge de la construction du navire étaient étroitement surveillés par un Forten agaçé au plus haut point par la blague du Chevalier-Champion, mais il était dans l'armée et se contentait de suivre les ordres. Ainsi il passa quelques heures au port à observer l'avancement et à discuter avec des connaissances sur place.

_________________
La chance est une femme, la fortune... Et je suis un mauvais amant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Elyas Astelan




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   25.06.14 0:39

*Allongée dans son lit après sa première journée, Maeva a du mal à trouver le sommeil à cause des ronflements de Mary Kay, et se plonge dans ses pensées*

Ca y est, c'est la première journée pour moi. Et déjà, une parade ! Et j'arbore donc son magnifique uniforme bleu qui me va a ravir, quoique un peu serré aux poignets. Et c'est partit.

EN LIGNE ! EN ROUTE ! EN ROUTE ! Criait le nain Duis, quel crieur celui la, et toujours à répéter ce que dit le Connetable..
Arrivés sur la place, nous nous mettons en ligne, fiers, devant la populace. Afin de les inciter à nous rejoindre, nous scandons des phrases guerrières.

Après cela, retour au Donjon, où nous suivont un entrainement de formations, puis de défense d'escaliers.
Et la, la débandade. Obligée de gérer deux personnes en même temps, j'ai eu beaucoup de mal, et quand j'ai voulu me jeter sur Perseus pour le faire tomber, j'ai failli me casser le nez alors qu'il à a peine bougé. Alala.
L'equipe qui devait grimper les escaliers à donc gagnée, avec un nez cassé pour un soldat. Et quelques hématomes pour la plupart. J'vais avoir du mal a m'endormir avec ce mal de dos et ce poignet enflé moi...

Mais bon, après cela nous sommes partis à la taverne, avons discuté, nous sommes présentés. C'etait sympathique.

Vivement demain.


*Finit par s'endormir au fil de ses pensées*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Edward Windgate




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   25.06.14 3:17

Perseüs sera rentré après avoir salué ses deux compères dans les instances du Donjon, se dirigeant vers sa chambre. N'ayant pas pour habitude de juger ou d'appréhender les personnes lui étant amicales, son douloureux corps faisant office de briefing à la place de ses pensées, il se sera seulement pris à penser que Maeva était quelque peu étrange et que le bûcheron était un sympathique bougre, quoique en manque de flancs féminins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Garhed Corne-d'Auroch




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   25.06.14 4:38

Trop absorbé par ses devoirs au port, Hautevoile n'était pas rentré au donjon de la journée. Et c'est après une journée passée au rythme des discussions maints ouvriers et ingénieurs planchant sur le navire des Aigles qu'il rentra enfin, en plein milieu de la nuit, au donjon. Saluant le garde en faction, il se pose à la salle d'armes, calme comme d'habitude, mais légèrement inquiétante lorsque l'amirauté et l'état-major ne discutaient pas de stratégie comme en pleine journée. Il se mit donc sur ses rapports, non sans en écrire un directement adressé au Connétable.

Absorbé par son devoir, il ne vit guère le temps passer et lorsqu'un garde l'informa de l'heure, il décida de retourner au port inspecter les travaux en attendant le réveil réglementaire. Fort heureusement, aucune fatigue physique ne s'emparait de lui, si ce n'est bien sûr le poids de son armure qui pesait de plus en plus sur sa personne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Samuel Drent




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   25.06.14 4:47

Après avoir accordé à la troupe un peu de repos, comme l'avait demandé le Connétable, Samuel était rentré au Donjon. Déjà épuisé par une journée toute entière passée à auditionner des candidats, répondre à diverses lettres et s'entretenir avec les ingénieurs sur les affaires actuelles.

Il avait pourtant dû, après avoir discuté quelques temps avec Mary-Kay et des recrues de la semaines, reprendre ses travaux là où il les avait laissés, s'asseyant à son bureau, derrière des piles de paperasses, bien décidé à en venir à bout avant l'aube.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   

Revenir en haut Aller en bas
 

[A faire vivre] Tranches de vies

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 10, 11, 12  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Revanche des Aigles :: Le Manoir Brûle-flanc :: Actualités & Rumeurs-