AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  

Partagez | 
 

 [A faire vivre] Tranches de vies

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage
avatar
Elyas Astelan




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   18.08.14 19:08

"SORT DE CE CORPS MALIN" puis un éclair. Je me réveille plus tard, qui sait combien de temps ? Dix minutes, une heure, 10 heures ? Je n’aperçoit rien, suis-je encore dans les geôles ? Où sont les murs ? Proche, lointains, y'en a t-il même ? Suis-je encore en vie ou bien est-ce la "l'endroit", l'endroit où on finit quand on est mort. Qui sait ? Je ne peux rien faire d'autre que penser, ici, mes yeux ne s'ouvrent qu'a moitié et ne perçoivent que la pénombre.
Alors je pense : "M'ont ils tués, et si non, croient-ils que je suis encore contrôlée par cette chose ? Ont-ils décidés de me laisser ici pour le restant de mes jours, ou de me tuer plus tard ?" ces pensées, aussi sombre que l'endroit ou je me trouvais, ne voulaient pas quitter mon esprit. Les larmes elles, décidaient de quitter mes yeux.

Puis, quelque chose, un couinement de métal, une écuelle arrive jusqu’à moi, mais je ne discerne que ca, cette écuelle d'eau venu de nul part. "Alors je suis encore en vie" Oui, sinon je n'aurais pas d'eau.
Je tente de m'en approcher, et je réalise, je n'avais pas bougé depuis mon réveil, et mes mains sont liés, mon nez me fait souffrir tout a coup, tout comme ma joue. Alors je me rappelle, un silence puis Aaron qui me casse le nez d'un coup de genou, la chose qui me contrôle qui crache sur Valentine, un coup dans le ventre et la joue en même temps. Plus tôt, des menottes lors de la traque et des runes sur les poignets.
Alors je rampe, jusqu’à cette écuelle, je salit mon visage déjà trempé de sang et je finit par boire, eau divine, salvatrice.

"LE CONNETABLE HARNOLD BRULE-FLANC", une voix stridente me tire de mes songes, puis ce qui sonne comme une porte s'ouvre, et une silhouette imposante s'approche au rythme du cliquetis de son armure de plaque.
On me parle, on me demande des explications et j'y répond, j'y répond par mécanisme, je sais a peine à qui je parle, puis aperception le visage, celui du Connétable.
Une messe basse a lieu, puis tandis que le Connétable sort, on me détache, me soigne, me donne un uniforme et me montre la sortie.
La geôle s’éclaire tout a coup a mes yeux, la lueur des torches cachée une fois par la porte et une fois par l'homme m’apparaît tel un soleil me brûlant les yeux.
Alors que je m'habille, je pense à nouveau: "Est-ce la la tenue pour une exécution ? Ou va-t-on me remettre en liberté ? Et si oui, me feront il a jamais confiance à nouveau ? Penseront-il que tout est de ma faute ?"

Puis on me guide a la sortie, on me parle encore, et je peux repartir librement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alccieo




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   18.08.14 19:30

Alccieo avait vu Valentine faire son rituel, ayant tout manquer de ce qui avait pût se passer avant, n'ayant eu que quelques échos en ville.

La scène avait eu l'effet d'un voile. L'ambiance glauque et sombre qui caractérisait les geôles, la récital religieux de Valentine, le regard inquisiteur du Lieutenant.
Après ce grand discours, le corps de Maeva tombe, comme si la fatigue, ou bien la mort, auront eu raison de l'âme qui était alors opprimée.
Ainsi, celle qui l'eut convaincu de s'engager, possédée par une succude?
Enfin, quel être sain d'esprit aurait acheter un bouquin zandalari pour 2550 pièces d'or? C'est plus que tout ce qu'on peut se faire en une vie!
Puis le Lieutenant ordonna de débarrasser les lieux, bien en rage à cause des évènements, et Valentine qui semblait défendre le Chevalier qui lavais le sol de son sang qui commençais déjà à sécher.

Non navré d'avoir rater le début, il était à présent temps de tourner les talons et d'abandonner à un sort humiliant le corps de Maeva. Une bonne nuit permettrait cependant d'oublier la scène et le rituel, qui donnait une atmosphère très oppressante.

Une magnifique soirée pour se faire recruter.
Brume, encore de la brume, toujours de la brume.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Trystan Aurélian




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   19.08.14 2:22

Trystan avait eu une longue discussion avec le Connétable à son retour de sombre-comté. La conversation aura été longue et passionnée, néanmoins à la fin de celle-ci le Vétéran arborait un air morose. Se refusant à tout commentaire il alla dormir.
A son réveil il était encore plus distant qu'à l’accoutumée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kriss




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   23.08.14 19:21

C'était allé vite. Brûle-flanc l'avait mandée dans son bureau, expliqué la situation à Prudence, et si vite il avait quitté le donjon, une capuche sur la tête.

Elle se retrouvait assise derrière ce bureau, devant lequel elle s'était retrouvée tant de fois.
Jadis chevalier-champion, elle se retrouvait sur la chaise-haute du connétable.
Après quelques minutes à observer ce bureau en détail, elle pris un parchemin, et se mit au travail.

La campagne était imminente, et il fallait bien s'y mettre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Garhed Corne-d'Auroch




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   25.08.14 2:12

Comme il en avait pris l'habitude depuis déjà une bonne dizaine de jours, Aaron ne dormit pas au donjon cette nuit, préférant le confort très relatif de son petit appartement de la vieille ville. Il revint néanmoins le lendemain matin, à cinq heures, accompagné de la dame Melredor afin de réveiller les recrues et de terminer les derniers préparatifs en vue du voyage à venir.

_________________
La chance est une femme, la fortune... Et je suis un mauvais amant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Valentine Erdge




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   25.08.14 2:22

Valentine, seule dans sa grande chambre, aura pris le lit de Larcher, un mannequin d'entrainement visiblement mort dans le sien, non, elle a pas su vider son excès de zèle au lit, elle a donc violenté un mannequin aux allures de mage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ariane Cindral




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   25.08.14 2:56

Ariane est rentrée tard ce soir-là au donjon, le précieux sac contenant les potions de sommeil sans rêve préparées par Rosinia serré contre elle. Elle pénétrè en silence dans le dortoir, et après avoir avalé la moitié d'une des fioles, se couche pour la première fois dans son lit, le regard encore légèrement tourmenté.

La jeune femme trouvera enfin le sommeil qui lui manque depuis plusieurs jours, et ne fera aucun cauchemars, ce qui n'était pas arrivé depuis des mois. Aucun cri, aucun réveil en sursaut le corps tremblant, aucun souvenir douloureux. Juste la paix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Liam Answorth




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   25.08.14 16:02

Liam était seul sur le terrain d'entraînement. Le jour de la campagne était déjà arrivé, et il redoutait le moment où ses pieds toucheraient à nouveau le sol maudit du Norfendre. Son bouclier dans une main, sa masse dans l'autre, il ferma les yeux, et se mit en garde. Il visualisa une goule courir en sa direction, dressa son bouclier au moment où elle lui bondit de dessus afin de se protéger, et la frappa de sa masse à la tête. Son adversaire tomba au sol, et se relevant, était maintenant une abomination. Le crochet parti dans sa direction, qu'il évita de justesse en se déplaçant sur le côté, chargeant en avant et frappant en direction de l'une des jambes, afin de la faire chuter. Alors qu'il se retournait, le couperet frappa violemment son épaule, lui tranchant net le bras.

Liam ouvrit les yeux, toujours face au mannequin de bois, grognant. Les dangers du Norfendre sont nombreux, et jamais personne ne saurait s'y préparer. Il rangea son bouclier sur son dos et sa masse à sa ceinture, prenant la direction des baraquements. Ces terres gelées ne seraient pas son tombeau, se jura t'il, car il en avait fait la promesse à sa femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Elyas Astelan




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   25.08.14 18:22

Cette nuit précédant la campagne, la bibliothèque fut occupée jusqu'a la minuit par Maeva, inscrivant de nombreuses notes sur des parchemins, quand elle en eu finit et qu'elle posa finalement son dossier dans le meuble réservé aux officiers, elle alla s'entretenir un moment avec son nouvel écuyer, Askald Domroc.
Après cette discussion dans les jardins, on vit Maeva quitter le donjon - comme presque tout les soirs depuis deux semaines - en tenue habillée et s'engouffrer dans la cité humaine.
Elle n'en sera revenue qu'aux alentours de la cinquième heure du lendemain, peu avant l'appel du Seigneur Larcher. Où elle se sera présenté avec une attitude rayonnante et des débuts de cernes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Samuel Drent




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   25.08.14 21:22

Le Chevalier-Lieutenant avait quitté le Donjon juste après la réunion de l'Etat-Major, saluant les hommes présents du haut de sa monture, il s'en était allé faire son devoir de Chevalier on ne sait trop où.
Si tout le monde s'attendait à le voir revenir quelques heures plus tard, au petit matin, alors que tout le monde s'affairerait aux préparatifs du voyage vers le Norfendre, il n'en fût rien. Aucune nouvelle ne parvint non plus du Donjon pour annoncer son retour avec un quelconque retard dans les jours qui suivirent.

En revanche, alors que l'aube n'était pas encore levé, un jeune homme à l'armure blanche et dorée pénétra dans les quartiers des Aigles, demandant une audience avec le Connétable, s'excusant de déranger alors qu'il était sensiblement nécessaire de s'affairer aux préparatifs. Il se présenta sous le nom de Kendric Filmorn, du Cercle de la Vraie Foi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ariane Cindral




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   26.08.14 3:34

Ariane était restée debout encore un moment après le départ d'Askald, veillant sur le sommeil de Vincent qui s'était endormi devant le feu de la taverne. Elle repensait à cette longue journée, intense, difficile. Mais à aucun moment sa motivation ne flancha. Elle avait enfin trouvé sa place. Un but. Une raison d'avancer. De se battre.

Après plus d'une heure passée à couver le jeune Vincent du regard, la recrue se leva, s'assura que les couvertures protégeaient bien le garçon puis, après avoir lancé un bref coup d'oeil en direction des potions de sommeil sans rêve, alla se trouver un petit coin assez éloigné des autres tout en restant dans la "zone-sûre" afin de ne pas les réveiller par ses cris, fruits des cauchemars qui hantés le sommeil de la jolie blonde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Liam Answorth




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   26.08.14 10:39

Liam était sur les quais de Valgarde, observant l'horizon, pensif.

Le jour du départ, buvant un verre à la taverne de la vieille ville, il avait entendu une rumeur étrange, à laquelle il ne voulait croire. Il attrapa le malotru qui venait d'en parler, l'entraînant dans une ruelle pour qu'il s'explique. Le poing massif du guerrier s'enfonça dans le visage de l'homme, qui lui jura que ce qu'il avait vu n'était pas que fantaisie. Liam lui avait alors laissé une pièce d'argent en dédommagement pour s'excuser.

La mâchoire crispée, il serra le poing si fort que des gouttes de sang se mirent à perler de sa paume. Ses pensées étaient confuses, son esprit embrumé, et il savait que ce n'était pas bon, car il avait besoin de toute sa concentration afin de survivre sur ces terres maudites. Mais sa rage bouillonnait, tout comme son envie d'en découdre. Ses yeux se posèrent sur les caisses d'armements, et il troqua son bouclier et sa masse contre une lourde Zweihander. Dans cette arme, il trouverait sa nouvelle résolution, abandonnant toute défense, pour une offense totale et impitoyable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kriss




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   26.08.14 12:57

Ayant encore une magnifique bosse à l'arrière du crâne, et quelques mèches blondes collées par le sang séché, le connétable se réveilla au milieu de la nuit après une sévère mise au tapis, sur le pont du Foudroyant.

On la vit au petit matin, sur ses deux jambes, à s'occuper personnellement du stockage du ravitaillement dans le camp.

Voilà une campagne qui commençait bien !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Valentine Erdge




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   26.08.14 13:19

Avant de disparaître dans un Portail de mage, Valentine déposa sa démission, visiblement de mauvaise humeur.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Maëlys Melredor




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   26.08.14 13:40

    Aprés avoir remis une courte lettre de démission, Maëlys, incanta un portail dans lequel elle s'engouffra avec Aaron Larcher, pour Dalaran.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ariane Cindral




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   28.08.14 5:30

Dans la nuit du 27 au 28ème jour du 8ème mois de l'an 34, sur le ponton...



-Tu sais qu'il compte pour moi ! Tu sais ce qu'il représente pour moi ! Il est comme un frère ! Et tu savais que je voulais d'abord lui en parler ! Je ne te reproche pas d'en avoir parlé au Connétable ! Tu as fait ce que tu pensais juste ! Je le comprends, je le respecte et je l'admire ! Mais j'aurais voulu que tu m'en parles avant ! hurla la jolie blonde, pâle, le regard meurtris

-Ne pense pas que j'ai voulu trahir ta confiance...Mais je devais en parler à nos supérieurs. répondit Askald en retour, relâchant le bras d'Ariane

Cette dernière murmura avant de quitter le ponton, les épaules et la tête basses :
-Je comprends...


Après avoir pris un thé à la taverne, elle rejoignit sa couche, volontairement placée loin du groupe, et s'enroula dans ses couvertures sans toutefois s'endormir, fixant la route menant à la taverne ou à la tour toute proche comme si elle s'attendait à voir arriver quelqu'un. Comme si elle le voulait.

Elle savait parfaitement ce qu'il se passait. Elle fuyait. Si cela ne lui arrivait jamais en combat, quand il s’agissait des sentiments elle était morte de peur et s'éloignait. Car en plus de sa dispute avec son compagnon, et le vague sentiment de trahison étouffé par la compréhension, s'ajoutait l’inquiétude et la tristesse qu'elle ressentait en voyant son ami et protégé, le garçon qu'elle considérait comme son petit frère, s'éloigner d'elle et changer radicalement. Mais il était temps de lutter contre cet instinct qui la poussait à prendre la fuite dès que son cœur était touché d'un peu trop près.












Plus tard la même nuit, près du feu...





-ARRÊTE ! cria Ariane, le corps tremblant, pâle, le regard brillant

Elle fixa Askald, tentant de retrouver en cet homme celui qui lui faisait une tendre déclaration plus tôt dans la journée. Mais elle ne voyait qu'un homme ivre. Un homme qui pouvait être dangereux. Un homme comme son père. La peur qu'elle ressentait n'avait rien de rationnel. Mais elle avait vu les ravages que l'alcool provoquait, essuyé les violences qu'il déchainait...En quittant le camp après la mort de Kilian et Maiwene elle s'était jurée de ne plus jamais se retrouver dans une telle situation. Mais au delà de la peur, il y avait la culpabilité. Si elle n'était pas partie suite à leur dispute sur le ponton, serait-il dans cet état ? Non. Bien sûr que non. C'était de sa faute. Encore une fois.

Mais en voyant le guerrier se relever, tourné vers elle, la peur reprit le dessus. Elle recula, tenant toujours la bouteille hors de portée. Elle l'entendait dire des paroles blessantes, puis tendres. Mais elle savait qu'il ne les pensait pas un seul instant. L'alcool vous fait perdre la raison. L'alcool était destructeur. Et elle ne laisserait pas cette maudite boisson lui faire encore du mal. Elle fracassa la bouteille sur le sol. Un courant de joie pure la parcouru. Elle affronterait les représailles, elle n'était plus une fillette ne pouvant lutter contre les coups de son père.

Mais l'arrivée de Dame Arcoz empêcha toutes vengeances éventuelles. Il na fallut pas longtemps à la mage pour comprendre la situation. Après avoir observé l'homme ivre, elle ordonna à la blonde recrue d’accompagner le guerrier jusqu'à sa tente, retournant ensuite dans celle dont elle était sortie quelques minutes plus tard.

Ariane s'approcha lentement d'Askald, méfiante. Malgré ses craintes, elle guida l'homme titubant à sa tente, sans grande douceur cependant. Après l'avoir aidé à se coucher, elle sortit et s'installa devant la porte en toile, ne pouvant se résoudre à le laisser sans surveillance. Mais il aurait été tropbeau que le guerrier s'endorme aussitôt. Non, il chantait, beuglait plutôt. Ariane poussa un long soupir avant de s'engouffrer une nouvelle fois dans la tente.

-Fais moins de bruits !
-Quoi ?!
-Fais moins de bruits !

Le guerrier s’apprêtait à répliquer quand il sortit à toutes vitesses pour s'éloigner au plus vite des tentes. En le voyant vomir tripes et boyaux, la jeune femme fut prise d'un élan de compassion et récupéra une gourde emplie d'eau avant de rejoindre le guerrier pour lui caresser le dos de façon apaisante. "Il n'est pas ton père" pensa la jolie blonde. Elle se répéta plusieurs fois cette phrase en tendant la gourde à son compagnon et en le regardant prendre une gorgée. Elle l'aida ensuite à rejoindre la tente et à se coucher, s'assurant que les couvertures le protégeaient bien du froid. Mais au lieu de sortir, elle resta cette fois ci. Elle se cala dans un coin de la tente, ramena ses jambes contre son torse et posa le menton sur ses genoux. Le renforcement des barricades, le départ de la troupe, la scène avec le mage, le géant et le vol plané qu'elle avait fait, sans parler de la pendaison et de la scène qui avait suivi, ou encore sa discussion avec Vincent puis la dispute avec Askald l'avait vidés de ses forces et pourtant elle était incapable de fermer l’œil, piégée dans la tourmente des souvenirs d'un passé douloureux et des sentiments.

Ariane passa donc le reste de la nuit à veiller sur le sommeil de son beau guerrier ivre, faisant régulièrement tourner la petite toupie en bois qu'elle gardait précieusement près d'elle, effleurant parfois le K et le M, similaire aux lettres présentes sur le tatouage ornant sa nuque, gravés sur le jouet, et sortant souvent fumer.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mahellys Reido




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   28.08.14 11:50

Mahellys s'était entretenue avec un gnome dans la soirée du 27ème jours. Elle était choquée, anéantie intérieurement et se sentait vide. Incapable de se contenir, elle tremblait de colère et de tristesse, cela ne lui arrivait que rarement de se faire envahir par ses émotions. Elle avait appris la disparition de Liam. Son monde basé sur son innocence et sur sa naïveté en avait pris un coup : l'être humain n'était pas celui qu'elle croyait.

Bien plus tard dans la soirée, elle s'était armée d'une légère dague, elle était en train de chercher dans les alentours peu dangereux son homme. Elle se remémorait les souvenirs passait avec lui. La nuit dans la tente au début de leur relation, leur premier baiser et leur premier câlin... C'était le seul moyen qu'elle avait pour ne pas craquer psychologiquement. Elle souhaitait tellement le retrouver, qu'il soit au bord de la mort ou non, elle serait capable de le soigner si elle le retrouvait. Elle priait la Lumière régulièrement pour qu'Elle puisse protéger Liam.  Incapable de pleurer, de sourire, de rire et de parler... Elle avait perdu son air joyeux et arborer un regard semblable au néant. Mahellys n'avait jamais vraiment vécue la perte de quelqu'un de précieux : pour la mort de sa mère, elle était incapable de pleurer. Ressentir cela était nouveau pour elle. Elle ne savait pas comment réagir. Tout ce qu'elle savait, c'est qu'elle était persuadée d'avoir fait une erreur en s'éloignant de lui.

Elle n'avait pas dormi de la nuit, ni de la journée. Liam lui manquait bien trop. Voilà la soirée de Mahellys et la première fois qu'elle avait peur de perdre quelqu'un.

_________________
For all the happiness you wish for someone, someone else gets cursed with equal misery.


Dernière édition par Mahellys Reido le 28.08.14 15:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kriss




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   28.08.14 12:19

Loin de l'agitation nocturne, perchée sur le balcon de la taverne endormie, alors que le vent nocturne et glacial faisait voleter un pan de son écharpe, Sunderson se tenait, un genou au sol, la garde de son épée dans les mains, pointe au sol, droite.

Elle priait.

Parfois une personne passait, se gardant bien de déranger le paladin dans ses contemplations nocturnes. Ses lèvres remuaient, chuchotant doucement, yeux fermés.

"Compassion"

La Lumière avait toujours guidé les pas de la jeune femme, la plaçant aujourd'hui à la tête d'un des meilleurs régiments hurleventois, et jamais elle n'avait dévié de son code et de ses promesses.
Cela dit, la guerre et le commandement ne laissent que peu de place à la compassion. Elle s'était jurée en prenant le commandement de mener les hommes à la victoire tout en préservant ceux-ci.
Elle avait toujours essayé de prendre soin des soldats, mais parfois la situation amène à des mesures pragmatiques et drastiques.

Mais c'était pour le bien de ces hommes. Son cœur et sa raison y étaient dévoués... mais en quatre deux jours, un était déjà tombé, un autre disparu et un troisième dû être exécuté.

Alors que la lumière d'une aurore boréale lui flatta les yeux, après deux longues heures passées ainsi, elle se releva et partit rejoindre sa couche, espérant un lendemain meilleur.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Liam Answorth




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   28.08.14 15:22

Quelques heures plus tôt...

Un simple vieux devant un pont. Une charge ordonnée. Deux boules de feu qui partent. Un innocent massacré. Pour Liam, quelle était désormais la différence avec le fléau et les méthodes de la 72ème. On avance et on écrase ce qui se trouve sur notre passage. Il fit quelques pas en arrière, sortant de la formation, sans qu'aucuns officiers ne s'en rende compte, et discrètement, fit marche arrière, grognant. Il ne participerait pas à un crime de guerre. Le peu d'honneur qu'il lui restait, il le conserverait, restant un homme, et pas un barbare. A mi-chemin, une voix lui somma de s'arrêter. Se retournant, un homme lui faisait face : Vincent, dit "le jeune". Vincent lui demanda de faire demi-tour, de ne pas déserter, lui expliquant qu'il comprenait les sentiments de Liam, mais qu'ils avaient fait un voeux, celui d'agir pour la couronne. Liam lui répondit qu'ils venaient de tuer un homme qui n'était pas leur ennemi. Voyant que Vincent n'en démordrait pas, Liam se mit à le suivre, et lorsque le moment fut opportun, tenta de l'assomer, en vain.

Vincent leva sa garde, et Liam son arme. Liam lui dit qu'il respectait son zêle, mais qu'il ne voulait plus être mêlé à ça. Vincent lui répondit qu'il ne lui laissait plus le choix, et d'une frappe experte, désarma le colosse. Liam beugla et chargea Vincent qui esquiva, et tenta de lui mettre un uppercut. Liam déplaça son corps, et le poing du soldat rencontra son épaulière en acier, lui endolorissant la main. Il n'eut pas le temps de réagir que le poing massif et ganté de Liam s'enfonça dans sa mâchoire, l'envoyant au sol un peu plus loin. Alors qu'il se relevait, Liam récupéra son épée, et frappa du plat de la lame dans les côtes de la recrue, qui eut le souffle coupée. Elle tenta un coup de pied, en équilibre sur les mains, que Liam esquiva, et il frappa à nouveau du plat de la lame le flanc de l'homme, qui s'écroula au sol, peinant à respirer.

Liam le toisa, lui disant qu'il ne le tuerait pas, même si il le devrait, car il ne voulait pas être un meurtrier. Lui tournant le dos, Vincent se releva, et tenta de l'attaquer par surprise, et fort heureusement, Liam esquiva. Vincent se mit à courir, dépassant Liam, et lui criant que si il ne l'affrontait pas, il aurait à affronter le courroux de la 72ème. Il n'avait plus le choix, il devait tuer cet homme. Il se lança à sa poursuite, et au moment d’abattre sa lame, eut un moment d'hésitation, ce qui fut suffisant pour Vincent qui dégaina ses deux lames et d'un même mouvement frappa sous les aisselles de Liam, le blessant mortellement.

Liam lâcha sa lourde épée, traitant Vincent de traître, celui-ci lui disant qu'il devait le tuer, car c'était la loi. Liam tomba à genoux, grognant de douleur comme un animal, ses pensées tournées vers sa femme, Mahellys. Il avait échoué, il n'avait su la protéger de lui. Il lui causerait bien plus de mal qu'elle n'en avait ressentit, et c'est cette dernière pensée qu'il eut, avant de tomber au sol, inconscient, dans une flaque de son propre sang.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vincent "Le jeune"




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   28.08.14 16:30

Tandis que la pendaison et les avertissements du Connétable venaient de prendre fin, Vincent eu une discution avec Ariane. Lorsqu'il lui tourna le dos et laissa entendre un "Bonne soirée" il affichait un petit sourire, encore fier de ce qu'il avait fait précédemment dans la soirée, puis il partit se reposer. Néanmoins, dans la nuit, il fut réveillé, se tenant la tête il finit par sortir, s'isolant dans un coin du camps.. Parlant seul, l'amertume aux lèvres, la colère aux yeux.

"Ils me prennent pour un monstre.. Mais je n'ai fais que mon devoir ! Les forts doivent protéger les faibles, c'est ce que j'ai fais.. En éliminant un des maillons faibles, la chaîne s'est renforcée.. Ils ne comprennent pas qu'on ne peut gagner avec des choix laxistes.. Il faut être ferme.. Tu es fort Vincent ! Tu es fort, tu t'élèveras là où d'autres échoueront. Tu renforceras la glorieuse armée de l'Alliance..."

Puis il se laissa tomber à quatre pattes, fondant en larmes, comme ayant changé du tout au tout.. Se lamentant du sort funeste qu'il avait jugé "bon" de faire subir au déserteur. Plus le temps passait, plus il frappait le sol, se tenant la tête, s'enroulant sur lui-même.. Il y passa une partie de la nuit, puis lorsqu'il réussit à se calmer, il retourna dormir. Le lendemain, il passa une journée seul, dans son coin, évitant au maximum le regard de ses compagnons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kriss




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   28.08.14 17:37

Milieu de la nuit, dans un des camp réprouvés du Fjord Hurlant...

Une silhouette peu commune, ayant l'air vivante, déambule entre les bâtiments à l'allure sinistres de l'expédition morte-vivante. L'individu est habillé de cuir noir moulant, enroulée dans une longue cape de fourrure, sans doute de worg, une capuche épaisse sur la tête d'où dépassent deux longues oreilles décharnées, ainsi que quelques longues mèches noires.
A la ceinture, un kriss, une épée bâtarde, quelques couteaux de lancer, une gourde et quelques sacoches...

Dur de donner plus de détails, la nuit est noire, à peine éclairée par les torches éparses du camp, toutefois notre rôdeur arrive dans un des bâtiments, et y entre sans attendre.

Deux réprouvés, penchés sur des cartes, en armure, tournent leurs yeux luisants vers l'intrus. Ce dernier leur rend le regard, bien que ses yeux soient cachés par le capuchon...
Une voix féminine s'élève alors de l'ombre de la capuche, parlant dans un orc avec un accent prononcé.

"Je suis le nouvel agent envoyé des Royaumes de l'est dit-elle, en jetant son insigne de la Horde sur la table, entre les deux compères. On a reçu votre message contenant votre demande d'assistance, et me voilà".

Les deux carcasses mortes-vivantes se regardèrent alors, et acquiescèrent. L'un de se dirigea vers la porte, et la ferma sur leurs conspirations nocturnes...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mahellys Reido




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   28.08.14 19:19

Après une discussion avec le Chevalier Arcoz, Mahellys a disparu de la surface du Fjord Hurlant, en compagnie d'un homme en armure, elle fut menée à son bien aimé qui avait été sauvé par trois personnes. Mahellys se sentait bien mieux à ses côtés, elle ressentait une certaine rancœur envers Maeva, comme si elle lui en voulait de ne pas l'avoir aidé. Et elle ressentait une certaine colère envers Vincent, la personne qui avait fait souffrir Liam. Mahellys avait complètement oublié que chaque être humain pouvait se voir accorder le pardon. Pour une fois, elle ne pouvait pas contrôler cela : on avait touché à ce qui lui restait, à ce qu'elle aimait et elle ne pouvait pas le pardonner. La Prêtresse se voyait dans l'incapacité de savoir si elle pourrait revoir Maeva pour lui dire au revoir.

Elle avait écrit une lettre de démission, qu'elle data du matin. Elle fut remise au Chevalier Arcoz par Evgeny. Pour la première fois de sa vie, elle avait essayé de servir un service militaire, cela ne lui convenait pas. Elle détestait la violence, la guerre mais surtout la violence contre des innocents. Cela lui rappelait son père qui avait délaissé son éducation pour le front. Mahellys souhaitait mettre ses talents de soigneur à disposition mais elle s'en voyait incapable : voir ses camarades mourir les uns après les autres, partir, souffrir, couverts de bleu, c'en était trop pour elle. Elle y réfléchissait déjà : quitter le Régiment ou non. Mais lorsqu'elle appris pour la pendaison et pour Liam, cela fut radicale : elle devait s'en éloigner et le plus rapidement possible. Elle s'était débarrassée de son uniforme en le jetant dans une rivière lors d'un transport en hauteur.

Elle fut mise au courant du fait qu'elle ne pourrait très certainement ne plus mettre les pieds à Hurlevent mais cela lui importait peu tant qu'elle était avec Liam. La seule chose qu'elle regrettait? Ne pas avoir pu dire au revoir à Maeva, ne pas avoir pu la remercier de l'avoir aidé quand elle en ressentait le besoin mais elle savait que leur amitié prenait fin. Effectivement, leur dernière discussion était froide voir même glaciale. Mahellys savait pertinemment que cela n'arrangerait rien d'avoir des regrets mais elle ne pouvait s'en empêcher. Maeva avait été sa seule amie depuis un très long moment. Maeva avait été la cause du pourquoi elle avait rejoint le régiment.

Après un saut à Dalaran, ils avaient pris le portail direction Hurlevent et avaient disparu quelque part, on ne sait où. La seule chose qui effraie Mahellys, c'est qu'ils soient retrouvés, mais cela lui paraissait improbable. Mieux vaut prévoir des précautions. Partout où vous chercherez Liam et Mahellys, ils diront ne jamais les avoir vu, et ne jamais leur avoir parlé. Ils trouvèrent ensemble un endroit calme, où ils pourraient se reposer.

_________________
For all the happiness you wish for someone, someone else gets cursed with equal misery.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Elyas Astelan




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   31.08.14 0:00

De cette sombre mission de reconnaissance qui se déroula la nuit du 30e jour du 8e mois, ne revint de Maeva que son cheval blessé d'une flèche, quelques heures après le retour de la troupe.
Quant à elle, son cadavre ne fut, et ne sera pas retrouvé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ariane Cindral




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   29.10.14 1:08

Sur le chemin du retour, entre le défilé et Hurlevent, le Sergent veilla sur chacun de ses hommes, s'assurant que les blessés, bien que soignés par Meulin, suivaient bien le rythme. Ariane garda également un œil attentif sur le coffre renfermant l'artefact.


Une fois arrivée à Hurlevent, la jeune femme, bien que épuisée, plaça le coffre sous bonne garde, empêchant toute personne autre que le Connétable de s'en approcher. Puis après avoir discuté avec Meulin, elle alla enfiler des vêtements secs et chauds, passant régulièrement une main sur son ventre légèrement arrondi. Croisant son compagnon dans les couloirs, elle échangea quelques mots avec lui, avant de se diriger à ses cotés vers l'infirmerie pour prendre des nouvelles de Gray et s'assurer que l'enfant grandissant dans son ventre était toujours en pleine forme. Elle regagna ensuite sa chambre en compagnie de son homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Allen Gray




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   29.10.14 12:21

La douleur. C'était ce seul souvenir qu'il gardait en tête et en mémoire. Une souffrance nette et tranchante, à l'image de cette hache qui avait sectionné sa main. L'homme ouvrit l’œil dans un instant de supplice, comme s'il s'attendait à être encore dans la cohue de la bataille. Ne réalisant qu'à peine qu'il se trouvait dans l'infirmerie du château, il chercha son arme ceinte à sa ceinture, en vain. Il tenta de se redresser, en vain. Ses forces l'avaient abandonné, comme son sang qui avait déserté son corps. Il se sentait faible, presque amorphe.

Alors, croyant sa fin venue, il abandonna toute lutte pour se laisser aller dans ce qu'il croyait être le carcan glacé d'une morte certaine. Mais les affres de ses souvenirs et les réminiscences de la bataille ne tardèrent à se dissiper, pour que ses sens puissent peu à peu se rétablir. L'odorat. Cette odeur, aseptisée, n'était pas celle d'un champ de bataille. Le désinfectant et la fragrance du "malade" convenaient plus à une infirmerie. L'ouïe. Il n'y avait plus de fracas d'armes contre armures, de cris de douleur des soldats blessés, ou d'hurlement d'orc mis à mort. L'on ne pouvait entendre que les douces discussion de quelque infirmière dans leurs robes pâles, la toux d'un homme, ou la respiration calme et tranquille d'un vétéran blessé. Le goût. L'âpre sensation d'avoir du sang entre les lèvres n'était plus, pour laisser place à un arrière d'alcool. Breuvage Ô combien coutumier au vétéran, qui se tranquillisa. Et puis enfin, la vue. Le plus traître des sens, et pourtant celui auquel l'on se fie le plus. Au dessus de lui ne reposait pas le ciel nocturne couvert de nuages grisés et pluvieux, non. Il ne voyait de son œil unique que le plafond de pierre du château de Sa Majesté. Alors enfin, il se rendit compte d'où il était, après ces quelques instants d’hébétement : dans une salle de soin.

Dans un léger grognement de réveil, viril à souhait, Gray alla passer sa main sur ce qu'il s'attendait  à être un moignon nettoyé. Quelle ne fut pas se surprise de se rendre compte qu'il n'avait pas perdu sa main. Tout ceci n'était donc qu'un mauvais rêve, causé par l'une de ses nombreuses errances sous les effets de l'alcool ? Il tenta de bouger sa main gauche. Elle ne répondit pas. Il fronça les sourcils en l'avisant, estimant être encore sous les brumes du poison. Il réitéra, et enfin son poing pu se contracter. Néanmoins, sa poigne avait faiblit, ses doigts n'étaient plus aussi réactifs qu'avant. Mais il vaut mieux perdre en mobilité que perdre un membre, n'est-ce pas ?

Il ne tarda pas à retourner dans les limbes du sommeil, remerciant brièvement la Lumière et ses agents de lui avoir permis de ne pas trop avoir entaché ses compétences. La Gargouille de Stromgarde ne tombera pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   

Revenir en haut Aller en bas
 

[A faire vivre] Tranches de vies

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 9 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11, 12  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Revanche des Aigles :: Le Manoir Brûle-flanc :: Actualités & Rumeurs-