AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  

Partagez | 
 

 [A faire vivre] Tranches de vies

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage
avatar
Mederil




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   14.08.12 1:29

Il était à la fois satisfait et mécontent de lui même.

Sa victoire sur le Chevalier Champion avait un goût amer.
Il reprit une gorgée de la gourde d'alcool que lui avait plus ou moins offerte la recrue Brûle-Flanc.
Ce trou à rat lui devenait presque familier. Il avait déjà sectorisé le petit espace avec un coin ou il dormait - la terre étant plus meuble ici - , un autre ou il essayait d'apercevoir les mouvements du camp au travers d'un trou et enfin, une place contre le murs, face à la porte, pour rester assis à fixer le fragile loquet de la porte. Il pourrait le crocheter, mais quelques part, il désirait rester ici, comme s'il se reprochait quelque chose.

" Carpette ... " soupira t'il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tascus Fayemann




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   14.08.12 2:22

Fayemann maugréait dans sa tente. La chaleur, couplée au sentiment de défaite, l'empêchaient de dormir. Plus tôt dans la nuit, il avait désiré rabattre le caquet de ce jeune coq présomptueux de Sosthène de la Rochefoucauld. Après quelques échanges verbaux, un duel d'honneur avait été convenu: à l'abandon, ou à la mise hors de combat. Les armes, bien que cela n'ait pas été forcément respecté, devaient être une arme contondante adjointe d'un bouclier.

Le combat s'était déroulé d'une manière presque anarchique, mais ce jeune fou de de la Rochefoucauld l'avait emporté, par deux coups de dague entre ses côtes, salissant de ce fait l'honneur du Chevalier-Champion, qui avait, selon lui, agi pour maintenir l'honneur du régiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
avatar
Tarkhus Fer-noir




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   15.08.12 19:48

Ce matin et comme tout les autres depuis qu'elle a rejoins le régiment , Ahnastacia partit Donner un delicieux café de Dalaran Au Connetable Brûle-flanc avec son éternel sourire bienveillant., Avant de reprendre sa méditation dans un coin du camp , bien au calme , loin du tumulte des fantassins matinaux.

Hier , Elle avait fait démonstration de certains de ces sorts aux fantassins , Ne furent-ils pas surpris quand elle a transformée Sosthène en Mouton ....Quand elle y pense , elle en rit encore. cette pensée marqua sa méditation pensant que de montrer de quoi elle est capable au camp pourrait donner des idées quand a la manière d'aborder les combats avec ses compagnons d'armes , Savoir de quoi chacun est capable , un conseil valable pour tous et dans tout les domaines.


"Une nouvelle journée dans cette chaleur étouffante!" Dit-elle ironiquement , Avant de rejoindre les autres pour le rassemblement Matinal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Claressa Brûle-flanc
Édile de Comté-du-Lac
Édile de Comté-du-Lac



MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   18.08.12 3:49

Harnold se tenait face à son bureau, cartes et parchemins en vrac sur la table. Il trépignait, les mains croisées derrière le dos. Impatient, songeur, le vieux guerrier dont la fougue n'avait d'égale que son empressement, faisait les cents pas de long en large.

Gregory avait mystérieusement disparu et les Aigles du Roi ne sauraient fonctionner sans des officiers actifs et fonctionnels. Il allait falloir trouver un remplaçant. Le Connétable et Tascus avaient planché une bonne partie de la nuit sur l'élaboration d'un test auquel seront soumis les candidats au poste de dirigeant.

Cela avait été décidé, les volontaires pourront se présenter pour devenir chevalier, ils seront tous considérés de la même façon et seront soumis à des épreuves de taille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aiglesduroi.guildealliance.com
avatar
Garhed Corne-d'Auroch




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   18.08.12 11:28

Quelle triste ironie, revenir ici après vingt-cinq longues années... Cet endroit luin rappelais beaucoup de souvenirs, les Orcs Rochenoire, puis, la Horde par extention avaient été défaits juste a quelques heures d'ici a pied. Lyroth se souvenait de tout, comme si c'était hier, car c'est ici que l'un des plus grands guerrier de ce monde est tombé, un autre de ces guerriers qui marquent tellement leur époque que l'on parle d'eux pour des générations. Du côté Orc, Marteau-du-Destin devait avoir la même "valeur" que Lothar après tout. Une soirée, qu'il a passé assis sur la cime d'une petite butte a l'exterieur du camp a regarder le rocher cognepeur, il se souvint de cette fantastique bataille, il souhaitait passer devant la statue de Lothar, mais cela dépendrait des officiers. Et puis, il peut désormais ajouter quelques souvenirs a ceux-ci. L'attaque du rocher cognepeur qui apporta de mauvaises nouvelles a une situation déjà délicate, les orcs pratiquaient une magie impie, admettons, mais le fait que la sorcière courtetaille ait identifié ça comme de l'éventuelle nécromancie est des plus alarmant, la magie des morts est particulièrement instable et ardue a maîtriser, la démonologie et l'usage de magie occulte est une chose, réveiller les morts en est une autre. Si les Orcs sont bel et bien en train d'user d'une telle sorcellerie, il faut réagir au plus vite ! En effet, après quelques secondes de reflexion, Lyroth se dit que combattre ses camarades morts ne serait pas des plus agréable... ajouté a ça la disparition du chevalier Schneider...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kriss




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   18.08.12 12:40

Midi venait de sonner sur le camp. Le chevalier-lieutenant Sunderson sortait de sa tente, une des rares fois où elle sortait le bout de son nez en dehors des missions. Elle vit quelques soldats au centre du camp en train de manger, la haute-elfe en train de faire des tours en courant...
Dans moins de 48 heures, il faudrait jeter toutes ses forces dans une bataille formidable, sans doute une des plus grosses que la jeune femme n'ai connue.
Elle rajusta son tabard neuf sur son armure réparée, quelques pâles traces de brûlure marquaient encore sa peau fine... mais quelque chose lui disait que ce ne seraient pas les dernières.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mary-Kay MacDunnan




MessageSujet: Une opération risquée.   04.09.12 11:24

Le quatrième jour du neuvième mois de cette année, très tôt dans le matin.

Trois hommes entouraient un lit ou une naine, nue et couverte d'un simple drap. Elle reposait sur le ventre, profondément endormie.

Ils discutaient d'un air grave, des instruments chirurgicaux, des linges, une bassine d'eau, diverses herbes, potions, flacons et boites étaient disposés sur un petit guéridon.

L'un des trois hommes était un vieux prêtre, habillé de sa robe de cérémonie impeccable, chargé d'amulettes, sa barette ornant son chef en cachant à peine deux voiles de longs cheveux blancs.

Un autre était habillé à la manière d'un bourgeois Gilnéen, lui aussi vieux, mais avec la tenue et l'irréelle classe impeccable qui sied aux gens de sa provenance. Il tenait les mains dans le dos, l'air grave et sérieux comme les autres.

Le troisième était un homme plus jeune, d'une trentaine d'années tout au plus, vêtu d'un costume sobre et humble, plutôt bel homme, il portait un tablier noir usé mais propre.

"Alfred, peut-on réellement avoir foi en vos onguents et élixirs pour la maintenir endormie ?" Demanda le vieux Gilnéen en haussant un sourcil à l'adresse du trentenaire.

"Certain, Mr. Stalford. J'insiste sur le fait de ne pas dépasser la dose prescrite, l'essence de Sangueline Somnifiante peut être dangereuse... J'ai calculé l'exacte dose nécessaire pour une heure d'opération, au vu de la corpulence de notre patiente... Au delà, elle risque des séquelles, voir la mort."

Le vieux Gilnéen soupira, puis s'ensuivit un silence sur l'assemblée.

Puis, le prêtre dit "Est-il vraiment possible de la soigner en une heure ? Mr.Stalford, je n'ai jamais réussi dans ma longue vie à guérir les paralysés. Cela semble être un sort définitif que même la Lumière ne peut résoudre... comment comptez-vous ... opérer, vous dites ? Un tel mal ?"

Le vieux Gilnéen répondit, sans démordre de son sang froid sidérant "Mmh, je suis un expert de ce que vous appelez la "médecine traditionnelle", mon cher Père. Nous autres Gilnéens traitons nos malades par ces (voix) voies-là également. En effet, il m'est impossible de soigner la paralysie seul, mais j'ai foi en l'association de nos trois disciplines... Voilà comment tout va se dérouler..."

Puis, ils discutèrent plusieurs heures sur la manière d'agir sur la pauvre Mary-Kay... Et de concert, l'apothicaire et alchimiste Alfred Fumelorge, le Seigneur Godric Stalford et le Père Millian opérèrent Mary-Kay...

A l'heure actuelle, elle ne s'est pas encore réveillée. Les spécialistes ne sauraient pas se prononcer avant son réveil...

(Edit : Correction de quelques menues fautes)


Dernière édition par Mary-Kay MacDunnan le 05.09.12 9:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Liam Van Hellsing




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   05.09.12 2:24

Aujourd'hui Liam aura été présent au donjon une partie de la journée. Remplissant son devoir de présence, allant saluer tous ses officiers et le connétable, sollicitant ses camarades pour une série de duels. Il aura passé le reste du temps à la bibliothèque royale, profitant de cet accès à certaines ailes privées, il aura parcouru et examiné les étagères en observant leurs contenus, avant de s'assoir à une table pour lire un bouquin.

Les heures non passées au fort l'auront été majoritairement à la forge sous tente du quartier des nains, a arranger et retravailler les plaques de son armure afin de les ajuster sur mesure à sa carrure. Il promit amicalement au maitre nain, ravi de partager cette passion avec un préstigieux soldat de l'élite hurleventoise, de revenir terminer ce travail.

Il sera ensuite parti au quartier des mages passer le peu de temps restant à boire quelques verres et discuter en compagnie de quelques érudits avant la tombée de la nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kriss




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   05.09.12 13:04

Six heures du matin.

Les lève-tôt les plus observateurs auront pu voir Dælena, assise en tailleur sur un des remparts du donjon, les yeux fermés, les mains sur les genoux.
En fait, tous les matins avant l'aube, elle se plongeait dans ce petit rituel.

La lumière du jour commençait à percer à l'horizon, dans son dos, envoyant dans sa chevelure dorée des reflets magnifiques.. presque une auréole lumineuse.
Tous les hauts-elfes avaient cette pointe de perfection irréelle sur leur visage, Dælena n'échappant pas à la règle.
Un brève brise fraîche lui fit ouvrir les yeux, secouant sa crinière d'or. Ses yeux, on pouvait les confondre avec un ciel d'été sans nuages, d'où émanait ce scintillement captivant au plus profond du regard, celui qui peut laisser penser à un océan sans fin.

Sortant de sa méditation, elle décroisa les jambes, et les laissa pendre dans le vide, appuyant ses mains sur le rebord du créneau sur lequel elle se tenait.
Elle porta son regard vers l'ouest, face à elle, observant les toits perdus dans les nuages bas de l'aube.

Elle était seule.

Cette ville perdue dans les brumes volatiles, cette ville qui n'était pas la sienne, lui semblait vide. Les Hauts-elfes n'étaient même plus une race à part entière.
Une poignée de ses congénères s'étaient exilés de leur patrie, parmi la maigre partie de la population qui avait réchappé au Fléau.
Pas de chef, ni de but, ni de foyer propre. Et tous ce toits, qui lui paraissaient si impersonnels...

Quelques fantassins sortant du donjon la firent sortir de sa rêverie matinale, et elle se redressa sur son créneau. Un bref saut à terre, et elle franchit la trappe qui donnait sur les escaliers, déjà prête à entamer une autre longue journée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ambre Van Hellsing




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   07.09.12 10:49

Après les escarmouches de la veille, dès le levé du jour, les matinaux auront pu apercevoir Ambre près de la grande enclume du forgeron de campagne. Il est tout à fait vraisemblable qu'elle ai demandé l'autorisation à son propriétaire d'emprunter son matériel. Ainsi, avec la dextérité des plus érudits en la matière, elle aura retapé son armure, dont le dos s'était vu amoché par un coup d'estramaçon mal placé.

Le bruit du métal percutant l'acier, le souffle profond de la forge manuel, l'odeur et la chaleur qui s'en dégage se seront ainsi fait entendre et sentir aux aurores. Ce n'est que peu après, visiblement un fois le travail terminé, en ayant profité également pour entretenir ses lames et son bouclier, que Liam l'aura rejointe, armuré léger dans l'initiative et sans doute l'habitude, d'un entrainement quotidien et commun, légèrement en retrait du refuge pour ne pas gêner, mais juste à côté tout de même pour ne pas s'en éloigner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Liam Van Hellsing




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   08.09.12 12:35

Au petit matin de ce nouveau jour, un homme vêtu d'un grand manteau violacé, portant un chapeau en pointe à la manière des sorciers qui comportait un masque, ne laissant voir que ses yeux qu'il terminait de cacher en inclinant légèrement la tête, se rendit auprès de la recrue Hellsing homme.

Lui portant un sac, celui-ci fut très amical avec le soldat, une accolade, une longue discussion sur la haute colline autour de quelques gorgées de cidre, et un aurevoir plus tard, celui-ci disparu vers le sud, repartant à pieds.
Le ténébreux soldat revint au camp muni d'une fascinante épée au manche d'adamantite avec à l’extrémité une améthyste taillée, dont la lame ressemblait à un cristal bleuté sculpté moyennement transparent. Beaucoup des réfugiés de la L'Ornière furent intrigués de voir l'homme travailler ce supposé cristal du marteau et de l'enclume de la forge, rendant à la différence des habituels éclats dorés flamboyants, des éclats d'une bleuté intense à chaque coup. Il lui fallut non moins de la matinée entière a monopoliser la forge, faisant une pause de temps à autre pour souffler et s'abreuver d'eau, sans que l'on comprenne vraiment ce qu'il pouvait bien faire à la vue de cette étrange lame dont le résultat fut à priori invisible.

Il rentra ensuite la lame dans le fourreau de cuir boréen noirci, la plaçant là où se trouvait son autre lame, et croisa cette dernière dans l'autre sens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mary-Kay MacDunnan




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   08.09.12 17:33

Campement du Refuge de l'Ornière, Barraquements des Aigles du Roi, la nuit de l'embuscade Trolle.

Quelques heures après le couvre-feu, la patrouille de nuit était assurée cette nuit par trois soldats de la Ligue d'Arathor.

Ceux-ci se connaissaient bien et avait trouvé chouette de la part de leur supérieur de les avoir mis ensemble, ils allaient pouvoir profiter d'un rare moment de détente, malgré la vigilance nécessaire, tout les trois.

Dans leurs discussions, ils leur arrivaient de regarder les tentes bleues du 72e de Hurlevent, impeccablement alignées et rangées.

_"Hé ben. Ils sont pas encore habitués à c'coin-là, d'ici deux-trois jours ils vont être bordéliques comme tout l'monde ici. 'Croyez pas ?"
_"Ouaip. Y' vont rentrer dans l'moule." Dit un autre, avant de boire une goulée de sa gourde.

Ils firent un nouveau tour de veille... la vigilance accrue depuis l'embuscade de ce soir, puis revinrent à discuter de leurs familles respectives, de ce qu'ils comptaient faire une fois en permission, voir retournés dans le civil. Ils discutaient de tout et de rien... et aussi des filles plutôt girondes que comptaient les aigles du Roi !

_"Mmh, c'est vrai que y'à une brune vachement bien foutue, j'y mettrais bien un p'tit coup dans l'aile..."
_"Un p'tit coup dans l'Aile de l'Aigle."
Il ricanèrent quelques instants à cette mauvaise blague, puis...
_"Ah, si j'étais pas fidèle..."
_"Toi, fidèle ? dit un autre en lui frappant l'épaule, tonitruand. Haha !"

Ils s'esclaffèrent tout les trois, en souvenir à des temps passés peu glorieux. Mieux valait en rire. Ils riaient, donc, quand des gloussements féminins et des bruits de froissement de tissu se firent entendre du côté des Aigles.

La chique coupée, ils s'avancèrent à pas de velours vers l'origine du bruit... une des tentes bleues s'agitait par de brusques impulsions, rythmées par des rires et des bruits d'agitation. Tout cela faisait penser à deux femmes qui se chatouillaient.

Ils se regardèrent, étonnés, les sourcils hauts et un sourire goguenard aux lèvres...


Le lendemain, des rumeurs plutôt osées pesèrent sur les femmes des Aigles.

Bravo aux deux responsables !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mederil




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   09.09.12 0:39

Le galop des six chevaux frappant le pavé et tirant un fiacre brisèrent le silence de la nuit. C'était un fiacre du plus bel effet, d'une bois d'ébène, orné de quelques dorures et chargé de valises, bagages, coffres et autres utilités. Allant à vive allure depuis trois jours, le Marquis de la Rochefoucauld atteignit en début de soirée les plaines d'Arathi. Accompagné de quelques serviteurs il observait le paysage défiler à travers la fenêtre. "Mornes plaines..." Dit-il à son auditoire assoupis sur la banquette arrière.
Quelques lieux plus tard, il atteignit le refuge de l'Ornière ou résidait le 72e régiment. Le cocher ralentit la course jusqu'à l'arrêt une fois à l'entrée du camp. Un page vint ouvrir la porte et déplia le marche pied. Le Marquis posa le pied au sol et jugea le campement d'un bref regard. L'on fit descendre une table, une chaise et le service à thé du toit de la voiture et l'on servit une petite collation accompagnée de quelques friandises.
" Le commandant vous attend, sire. " annonça le page.
Le Marquis le remercia d'un signe de tête et délaissa sa collation. Il mit sa plus belle cape, remit en place sa chevelure bien peignée et se dirigea d'un air assuré vers la tente qui abritait le commandement du camp, encadré par deux gardes.

Le bruit de l'arrivée d'un fonctionnaire de la Couronne a vite fait le tour du camp. Apparemment inconnu de la majorité des soldats et non annoncé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Garhed Corne-d'Auroch




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   09.09.12 10:25

Et il aura fallu la nuit au Stromgardien pour se remettre. Jarold avait en effet essuyé de nombreux coups, la fatigue due a l’empoisonnement n'étant évidemment que très peu agréable, elle nuisait a sa concentration, et sans pouvoir tuer un seul troll, il fut mis a terre et rendu inutile par les trolls. Ce matin, il avait une tête de déterré, vraiment, il était très fatigué, des cernes très marquées et le visage assez pâle, il toussait assez fréquemment et son énervement se voyait, pour une fois.

Le fait que les Stromgardiens aient eu de nombreuses pertes ne sembla pas plus le déconcerter, en effet, il savait que ces hommes se battaient jusqu'au bout pour l'honneur du grand royaume de Stromgarde, et que mourir en la défendant était le plus grand honneur auquel ils puissent aspirer.

Aujourd'hui toutefois, il était d'une humeur massacrante.

_________________
La chance est une femme, la fortune... Et je suis un mauvais amant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kriss




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   09.09.12 17:38

Dimanche, quatre heures du matin. Une carriole partie du Refuge de l'ornière s'arrêtait le long d'un des camps stromgardiens qui siégeaient au sud de la ville.

Six soldats, déjà debout, et attendant visiblement le long véhicule, grimpèrent l'un après l'autre dedans, discutant allègrement. Parés de tabards de gueule, le casque sous le bras.

"-Héhé caporal, vous pensez vraiment que ce régiment soit-disant d'élite va nous aider à enfoncer les positions du Syndicat ? Lança un des soldats, à peine entré.

-Je n'en sais rien Lester... ça fait des mois qu'on patine là d'dans. En r'vanche si leur réputation est fondée, y'a des chances que ça bouge les gars !" Répondit ledit caporal.

Une fois tous les hommes montés, la carriole repris sa route vers Stromgarde.
Dans la pénombre, ils remarquèrent tout juste l'éclaireuse qui se tenait là, tout au fond du véhicule, habillée de bleu et d'or, aux couleurs du 72ème. Ses yeux azur luisaient à peine dans l'ombre, seule partie de son corps visible avec les deux bottes dépassant du recoin dans lequel elle s'était installée.

Les soldats tournèrent la tête vers l'occupante, puis se regardèrent entre eux, sourire aux lèvres. Dans le bruit du bois branlant, une messe basse s'échangea.

-"Caporal, c'est quoi ce fantassin léger ? Lança l'un, à voix basse, presque penché à l'oreille du concerné.

-Je sais pas trop... Je vois pas ce qu'il fait là.

-Moi non plus...

-Attends voir, regarde ça."

Le caporal se redressa, son armure épaisse cliquetant avec les chocs de la route et avec un grand sourire entendu, il lança à l'éclaireuse...

"Hey, gros dur, tu t'ennuies pas dans ton coin ? Pourquoi tu viens pas poser tes fesses ici, au milieu des VRAIS hommes ?"

Les soldats rirent de bon cœur, leurs coudes de plaques s'entrechoquant avec bruit, content de leur humour mâle, et de leur mépris évident envers les soldats qui ne se battaient pas de front.
Dælena ne répondit pas. Elle décroisa ses jambes, dans un crissement de cuir audible, puis ramena ses pieds sous son siège. Les six hommes se turent rapidement, et se tournèrent tous dans la même direction pour observer l'elfe, encore cachée dans la pénombre.

Elle se pencha légèrement en avant, tête baissé, alors que ses cheveux masquaient son visage. Ses oreilles suivaient le mouvement, puis elle releva sèchement la tête vers la troupe, un sourire narquois et un air mauvais sur ses lèvres.

"Ooooouh" Lança un des fantassins, alors que deux autres riaient de plus belle. Le caporal sembla se décomposer un bref instant, passant pour un attardé auprès de ses hommes, dévisageant le visage de l'elfe, perdu dans son regard azur.
Le brouhaha dura une bonne trentaine de secondes pendant laquelle la virilité prétendue du sous-officier en pris un coup.

"-Bien joué caporal ! Très bien vu !

-La ferme, Lester" lança-t-il, avec un geste évasif de la main, l'air boudeur.

L'elfe observa rapidement chaque homme, sans décrocher un mot, puis se redressa sur son séant, pour reprendre sa position initiale.

Le calme revint rapidement a l'arrière de la carriole, après cette escale, et toute la troupe rejoignit Stromgarde avant l'aube.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mederil




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   10.09.12 23:05

Depuis aujourd'hui trône à coté du fiacre du Marquis une tente aux couleurs de la maison Rochefoucauld. Cette dernière, aux proportions plus que respectables, est comparable à un petit chapiteau de fête foraine. L'intérieur est spacieux et chaleureux. Des piles de bagage et de coffres remplissent les coins et les cotés de cette dernière. Un bureau, une table basse, quelques sièges et un lit de campement font office d'ameublement. Enfin, des tapis recouvrent le sol.

C'est furieux que le Marquis fit son entrée dans la tente. Encore frustré de l'affront qu'a commis ce jeune coq en lui répondant de la sorte. Certes, il n'était pas diplomate avec les gens, mais ce jeune homme l'avait humilié devant la troupe. Et pire encore ! Le connétable ne l'a pas rossé pour sa conduite des plus outrageuses.
" Qu'il en soit ainsi ... il faut donc tout faire sois-même ! " songea t-il, bouillant de colère à mesure qu'il se repassait les évènements dans la tête. " Caulaincourt !! " cria t'il. Aussitôt un page fit son entrée dans la tente et s'inclina le plus bas qu'il put.
" Vous me ferez le plaisir de vous rendre immédiatement à Hurlevent par le premier griffon. Vous vous rendrez à la brasserie du cochon siffleur et engagerez quelques gredins pour remettre les idées de ce jeune homme en place. Vous leur donnerez pour consigne d'agir la nuit et vite. Faites ça avec discrétion évidemment ! Capuchonnez vous et prenez quelques pièce d'argent dans le coffre. " Le page resta un moment figé, essayant d'enregistrer toutes les informations avec précisions. " Allons hâtez vous bon sang ! " Sur ce, le page quitta la tente en courant [...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Liam Van Hellsing




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   11.09.12 17:40

Une fois de plus, comme plusieurs nuits depuis leur départ en Arathi, lui et Ambre n'étaient pas dans les tentes alors que leurs camarades dormaient paisiblement, ou moins.

Au matin ils avaient démarrés un entrainement à deux, comme ils en prenaient l'habitude aux yeux de leurs camarades. Entrainement qui traitait plus de mouvements de combats joints qu'à une confrontation l'un face à l'autre.

Pour Liam, la suite de la journée ne fut que simple lecture d'un des bouquins conservés par les Stromgardiens, adossé à un flanc de colline derrière les tentes. Ce par envie de s'isoler un peu, ou peut être uniquement par précaution eux qui étaient nichés dans un fossé propice a engendrer un massacre. Il ne fut pas très loquace contrairement à ce qu'il avait pu montré auparavant, plus absorbé par sa lecture et aura répondu à chaque manoeuvre militaire, demande et ordre avec le strict nécessaire de pratique et d'échange, aimable et pensif.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ambre Van Hellsing




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   11.09.12 19:36

Pour Ambre, en revanche, elle consacra la suite de sa journée à la forge. Ayant à nouveau demandé l'autorisation au propriétaire, qui ne la lui aura accordé qu'en fin de matinée, elle aura passé de très longues heures dans la chaleur intense des braises entre le soufflet et l'enclume, noircissant peu à peu sa peau et ses vêtements de traces de charbon, et les garnissant d'une sueur constante.

Pour l'occasion, elle aura choisit une tenue simple, ayant laissé l'armure de côté, sans se dévêtir du tabard toutefois. Ce n'est qu'à la fin de journée qu'on aura, enfin, entendu cesser les battements du marteau contre le fer chaud et l'enclume, la jeune femme qui avait occupé le poste, partie à un nettoyage personnel complet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kriss




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   11.09.12 23:00

La nuit était déjà tombée depuis un moment alors que la première partie de la bataille pour Stromgarde s'achevait.

Dans le quartier dévasté, quelques braises volaient encore parfois. Les bâtiments éventrés témoignaient de l'ardeur de la bataille. Dans l'un deux, se trouvait au réz-de-chaussée les débris d'une couleuvrine détruite par un habile tir. Les curieux auront pu constater l'épais fût de fonte était tordu par l'impact, plié à au moins 30 degrés, et le socle de bois de l'arme brisé aussi. Les énormes boulets de cinq kilogrammes chacun étaient éparpillés dans ce qui restait dans la pièce, avec les cadavres écrasés des servants.

La nuit ne fût pas aussi calme que tout fantassin épuisé aurait pu le souhaiter. Les ombres semblaient bouger, des craquements sinistres et bruits de pas se seront fait entendre toute la nuit. Gardes ou soldats de repos auront peut-être vu tous leurs sens se démultiplier pour traquer quelconque indice de la présence d'un intrus du Syndicat... en tous cas, la paranoïa semblait régner parmi de nombreux stromgardiens, dont le régiment avait été plutôt secoué.

La présence certaine d'artillerie et de renégats dans le quartier d'à côté n'aura sûrement pas rassuré la troupe, le sommeil aura pu être difficile d'ailleurs !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Samuel Drent




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   11.09.12 23:13

Les affrontements de la soirée avaient été rudes, mais le rôle de Samuel avait été plus tranquille qu'il ne l'aurait cru, si ce n'est les quelques boulets de canons qui l'ont frôlé, il n'avait pas eu de grosse frayeur.

Certaines décisions prises par le Connétable l'avait étonné, déçu, voir choqué. Mais en acceptant son grade, il avait aussi accepté de montrer l'exemple dans la discipline et la rigueur, et s’exécuta donc sans ciller.

Il passa le reste de la nuit éveillé. S'assurant que chacun effectuait convenablement son tour de garde. Il suivait du regard les patrouilleurs sur les remparts, puis observait les alentours, les yeux plissés, la main posée sur le pommeau de son épée, soupçonnant une présence, et s'en aller se promener dans les limites de la zone sécurisée, avant de s'intéresser à nouveau au patrouilleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Claressa Brûle-flanc
Édile de Comté-du-Lac
Édile de Comté-du-Lac



MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   12.09.12 15:05

Une fois la bataille terminée et les bivouacs en place, le Connétable alla prendre un peu de repos dans sa tente. À l'intérieur, il retira les pièces les plus lourdes de son armure avant de se laisser mollement choir sur son lit de camp. Le rustique guerrier tomba lourdement sur le frêle matelas, une jambe étendue, l'autre pendante sur le sol; il resta un long moment à demi couché dans cette position.

Harnold soupira.

L'honneur et la vertu se seraient bien passé d'un massacre en bonne et due formes. Les membres du syndicat, à genoux et désarmés, avaient été passés par la mitraille. Mais quoi que le lion d'or fut à ce moment là entaché d'une giclure de sang nauséabonde, le chef des Aigles du Roi n'arriva pas à avoir de remords ni à se tenir le moindre grief.

Il n'y avait plus de place pour la pitié dans son esprit : la plupart de ses souvenirs ou même de ses réflexions actuelles étaient englués par l'image marquante de la horde noire marchant sur Hurlevent, des orcs et de leurs terribles alliés mettant à mal tous les royaumes de l'est, des enfants tués au berceau ou encore des cohortes ennemies asservissant dragons et autres démons pour semer partout et le feu et les carnages !

Le Connétable serra ses deux poings tout en plissant le visage.
Décidément, non, il n'y aura aucune clémence pour ceux qui, par calcul ou stupidité, ont accepté de collaborer avec les peaux vertes.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aiglesduroi.guildealliance.com
avatar
Liam Van Hellsing




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   12.09.12 15:27

Liam et Ambre auront tenu leur quart en patrouillant de la rue jusqu'au fond du quartier, où se trouvait le manoir abandonné, surveillant les hauteurs autant que les ombres avec une solide attention.

Une fois fait, c'est ensemble qu'ils iront sous tente, se reposant - ou presque - afin de reprendre forces pour la bataille du lendemain, et mieux valait dormir un peu et se détendre paranoïa ou pas, que risquer un coup de fatigue en plein combat ou même se permettre de ne pas optimiser leur forme et leur moral.

Durant la journée, ils auront patrouillé de temps à autres et auront patienté autour du feu a discuter, déjeuner, et attendre.

Quand enfin ils auront daignés se détacher l'un de l'autre un temps, c'est vers la place que Liam sera resté, a observer fixement la direction de la garnison cigare au coin des lèvres, appuyé épaule contre le mur à l'abri dans l'angle, et sera resté ainsi imperturbablement prit dans ses pensées.

Il l'aura rejoint plus tard de nouveau près du feu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Samuel Drent




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   12.09.12 23:12

Samuel soigna lui-même ses plaies durant la nuit, laissant les médecins et autres prêtres s'occuper des cas les plus extrêmes. Alors qu'il passait un linge humide sur son épaule encore très douloureuse, il réfléchissait déjà à la façon dont il allait informer le Connétable de la situation. Il renfila sa chemise puis se leva d'un bond, traversant les ruines du quartiers récemment prit par le 72e et les Stromgardiens, constatant avec amertume les dégâts.

Il respira profondément et poussa la toile de la tente du Connétable, et n'en ressortit qu'après de longues minutes.

Contrairement à la nuit précédente, ce ne fut pas sa paranoïa qui le tient éveillé, mais les gémissements des nombreux blessés, et l'activité due à leur soin. Une nouvelle nuit blanche, alors qu'un combat décisif l'attendait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Liam Van Hellsing




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   13.09.12 19:23

La nuit aura été silencieuse pour Liam.

Après la blessure de la veille, il aura été soigné par les médecins, et apprendra dans un même temps la détention de Mary-Kay et les blessures d'Ambre. C'est silencieux toujours qu'il aura passé la journée suivante, restant près d'Ambre pour des soins personnels dont lui seul avait le secret. Plus tard il alla discuter de temps à autre avec ses camarades, finissant sa journée en préparant son paquetage et ses armes, les nettoyant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Florila Wind




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   14.09.12 0:50

Après l'assaut sur le Donjon de Stromgarde, Florila ramena le Vétéran Mac Dunnan jusqu'à leur camp en la portant sur son dos. Celle-ci remercia le ciel que la naine ne porte son armure à ce moment-là étant déjà assez lourde sans. Une fois arrivé au camp, la jeune humaine déposa délicatement son amie dans sa tente, la laissant aux bons soins des guérisseurs avant de repartir pour le Donjon où elle y avait laissé son bouclier afin de porter la naine.

Cela ne lui plaisait guère de devoir retourner là où l'un d'eux y avait perdu la vie un peu plus tôt, tué de la main du chef de cette bandes de déchet du Syndicat... Non, vraiment pas... Mais elle ne pouvait pas laisser son bouclier la-bas.

En arrivant sur les lieux, Florila récupéra son bouclier avant de s'arrêter un instant fixant la flaque de sang où se trouvait plus tôt le corps inerte du Chevalier-Champion Prudence Sunderson. Après un petit laps de temps pendant lequel elle regarda tout ce sang dans le silence le plus total, la jeune femme s'avança vers celle-ci avant de s'accroupir et d'enlever un de ses gants en plaque. Puis par la suite, la recrue des Aigles du Roi porta sa main dénudée à la flaque de sang qu'elle frôla du bout des doigts.


- " Je vous promets qu'on ne vous oubliera jamais et qu'on continuera à se battre de tout notre coeur pour protéger ces terres que vous avez ardemment défendu de votre vivant... Adieu, madame. Reposez en paix. "

Sur ces mots, Florila se releva avant de repartir vers le camp sans regarder en arrière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [A faire vivre] Tranches de vies   

Revenir en haut Aller en bas
 

[A faire vivre] Tranches de vies

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 10, 11, 12  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Revanche des Aigles :: Le Manoir Brûle-flanc :: Actualités & Rumeurs-