AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  

Partagez | 
 

 La flagellation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Aiden Flynn




MessageSujet: La flagellation   22.10.14 11:40


Citation :

La flagellation



Il était temps pour la magicienne d'effectuer la peine à laquelle elle était condamnée. À la peau blanche et à la carrure quelque peu frêle, la jeune femme de bonne famille restait muette, les mains attachées au poteau, les yeux éteints, le dos dénudé et tourné vers la foule en attente; Rosinia se tenait déjà fin prête à subir la flagellation.
Deux officiers supérieurs se tenaient au côté du condamné dont Myriam Torsen, dite la magicienne au visage-de-fer. Cette femme occupant la fonction de lieutenant et à l'allure plus sévère que jamais, soulignait la situation sous forme de discours à l'égard de la multitude de personnes réunies en ce même lieu. Elle prit ensuite un long temps pour examiner sa troupe située à l'avant de la foule, qui, suite à leur bataille encore récente, étaient recouverts de terre et de sang, le regard foudroyant du lieutenant déconcertait les troupiers à tel point que plusieurs n'osaient pas le croiser.

« Prenez ce fouet, recrue. Que ce châtiment lui serve de leçon ! » s'exclama-t-elle sur un ton ferme en jetant l'instrument de torture vers la recrue Domroc.

Ce dernier attrapa promptement le manche du fouet, il médita quelques secondes avant de s'avancer vers la regrettable blâmée. Askald était visiblement mal à l’aise. Il se tenait derrière sa consoeur Rosinia dans un silence interminable.

« Par ordre de votre supérieur hiérarchique, châtiez sur-le-champs cette femme de dix coups de fouets - ni plus, ni moins ! » ordonna le lieutenant.

Askald posa son regard sur le lieutenant, ne laissant rien transparaître de ses pensées et le silence qui s’ensuivit parut soudain particulièrement pesant pour le lieutenant.

« Qu'attendez-vous pour exécuter mon ordre ?! »

Tandis que le lieutenant enguirlandait la recrue, ce dernier jeta un regard autour de lui et constata que la cour s'était remplie de spectateurs, qui, dans un silence respectueux, les fixaient attentivement. Askald leva le bras et la longue lanière de cuir souple exposa un large arc de cercle avant de rejaillir dans un sifflement sur le haut du dos qui se zébra d'une première strie pourpre. Il vit le corps de Rosinia se crisper sous le coup mais aucun son ne sortit de ses lèvres subitement resserrées. Ébahi, elle ouvrit les yeux. La magicienne ne connaissait point cette sensation à la fois précise et brûlante qui irradiait en un seul et unique trait de feu son dos. Askald ne lui laissa pas le temps d'analyser plus avant ses sensations. Vitement, il enchaîna les coups de fouets de plus en plus forts, tous laissant leur trace écarlate sur la peau de la jeune femme.


La foule devenait très agitée, des cris, des injures et tout ce qui s'ensuivent se faisaient entendre, les spectateurs ne cessaient de huer la condamnée. Aveuglé par une rage des plus profondes, Askald frappait de plus en plus fort, n'alternant point les zones auxquelles les coups déchaînés frappèrent sans cesse le dos de la jeune femme, le supplice semblait devenir interminable. Les coups de fouet qui s'enchaînaient ne faisaient qu'amplifier la douleur jusqu'à en devenir insupportable. La jeune femme arracha des cris déchirants, le guerrier la martyrisait si violemment qu'elle ne pouvait retenir un hurlement. Rosiania perdit conscience dès lorsque le sixième coup retentit sur sa peau devenue sanglante.

Son dos était en feu.

Quand enfin, il s'arrêta, le dos de sa soumise était entièrement strié de zébrures d'une belle couleur rouge. Rosiania, les yeux clos, inconsciente, avait les joues mouillées de larmes. Askald, dans l'impossibilité de formuler le moindre mot, il donna piètrement le fouet à son lieutenant et s'en alla avec dans son regard une expression vide bien connue.


***

(À suivre)


Citation :
le temple d'Atal'Hakkar

***

Citation :
L'arène draconienne, l'inattendu

***
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

La flagellation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Revanche des Aigles :: Bibliothèque de l'hôtel de ville :: Textes & Récits-