AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  

Partagez | 
 

 Très vilain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Zabble Réflectolume




MessageSujet: Très vilain   08.10.16 21:30

(Travail en cours, ne voici qu'un premier jet grossier; seuls les grandes lignes s'y trouvent, et elles ne sont PAS terminées. Soyez patients, nom d'une pipe à ressort!)

Biographie exaustive

Naissance & petite enfance - Premier né de la famille Lublevier, de parents ingénieurs de profession, son enfance se déroula sans accrocs, alors qu'il grandit dans la petite demeure familiale, espace réduit où il eut à s'entasser contre sa famille proche, la place manquant à Gnomeregan. D'un tempérament calme, à l'air introverti, le tout jeune Zabble ne semblait pas de prime abord promis à une destinée hors-norme. C'était bien sûr sans deviner ses propres aspirations: sous ses airs de sage enfant se cachait un esprit déjà tourmenté, prédisposé à toutes les vilénies. Aussi, loin des yeux de ses pairs, il lui fut donné d'exercer quelques actes malfaisants, propres aux jeunes de son âge: combien de cafards n'aura-t-il pas torturé à l'aide de loupes prismatiques!?

Adolescence et apprentissage de la magie - Bien assez vite, son paternel se rendit compte du manque d'enthousiasme du petit en ce qui concernait l'apprentissage de l'ingénierie et des sciences techniques, ses résultats dans le domaine restant à désirer. Sans nul doute désireux de voir sa progéniture s'épanouir, il lui trouva bien assez vite un mentor-dans la personne de Fulgo Tord-mana, qui, passé un bref "dépistage" révélateur de tout le potentiel cosmico-arcanique du jeune homme, l'embaucha comme apprenti. S'ensuivit une longue série de travaux pratiques aussi peu attrayants que répétitifs; laver et polir les instruments, lustrer les fioles, ce genre de choses ô combien pesantes.

Malgré tout, l'attrait de la demi-portion pour les choses de la magie était bien là, et assez vite il lui fut permis de s'entraîner à préparer et lancer ses premiers sortilèges. Là encore, assez rapidement, son excellence dans tout ce qui touchait à la manipulation des énergies telluriques fut notée. Il se fit même quelques amis, dont l'un des assistants "sénior"  de son maître. C'est à cette période-ci que ce dernier lui fit part, évasif, de son désir d'explorer de nouveaux horizons et de repousser les limites de la magie. Hélas, pour lui, rien à cette époque ne le permettait encore.


Âge adulte - Aux alentours de sa quarantaine, devenu adulte, Zabble maîtrisait somme toute assez bien les bases théoriques et pratiques de la magie conventionnelle. Sans mentir, il lui était possible, son don inné s'exprimant sans retenue, de rivaliser avec n'importe quel mage lambda sans pâlir. Néanmoins, il lui manquait quelque chose, un sentiment d'inachevé trottait dans son génial cortex, à chaque fois qu'il canalisait l'énergie des lignes telluriques, ou qu'il transformait un rival en mouton. Malgré cela, il fut un apprenti dévoué, et jamais ne quitta l'apprentissage qui lui avait été offert, se satisfaisant de ce qu'il trouvait être le peu qu'on lui donnait. Sans problèmes, toute sa vie de jeune adulte se déroula calmement, jusqu'à la Première guerre.

De l'ouverture de la porte des ténèbres à l'introduction aux arts sombres - Âgé de 76 ans, lorsque la horde de peaux-verte déferla sur le monde, il prit part aux conflits aux côtés de ses condisciples et des Nains de Forgefer, l'émissaire de ces derniers ayant pris le soin de rapporter aux petits peuples la vérité concernant la nécessité de créer une Alliance pour repousser l'envahisseur extra-planétaire.

Lors de la grande contre-attaque, en Pleine Deuxième guerre, vaillant comme pas deux, Zabble eut le grand plaisir de tester ses pouvoirs dûment étudiés sur des cibles vivantes. S'étant orienté vers la maîtrise du feu, il prit un malin plaisir à voir ses adversaires fondre littéralement ou exploser sous ses évocations de feux d'enfer, avant de devoir se retirer précipitamment dans la cité de Forgefer, la Horde ayant envahi Loch Modan.

Au hasard de la campagne menée par Gnomeregan, il eut le bon plaisir de croiser à nouveau le disciple sénior qui s'était confié à lui sur ses rêves de grandeur. Ce dernier semblait changé, surveillant les ombres et paraissant bien moins aimable que par le passé. Voyant en Zabble un allié digne de confiance, le confident n'ayant jamais vendu la mèche en pleine méritocratie pour évincer un potentiel rival qui manquait d'ambition, il lui révéla ce qu'il savait, tirant sous sa modeste masure de réfugié, hors de coffres dissimulés, des ouvrages aux allures démentielles, démoniaques presque, couverts de runes et rédigés en langue Orque.

Destruction de Gnomeregan et fuite à Forgefer - En pleine Troisième Guerre, il n'est pas question de contester la position qu'occupait Gnomeregan dans le conflit: la ville était assiégée par une invasion massive de Troggs. Et, dans cette cité lentement submergée, Zabble avait eu avant le temps de faire bien plus que balbutier dans les arts sombres.

N'écoutant que son courage, son discrict étant l'un des premiers frappés par l'incursion des troglodytes, le nouveau démoniste fut pris d'une irrésistible envie de fuir sa demeure, par simple instinct de survie. Ne voulant pas partir les mains vides, il se débarrassa de son ancien mentor et collègue, le jetant en patûre aux Troggs assoiffés de conquête lors d'une escarmouche, et prit la poudre d'escampette en emportant ses notes et grimoires.

Se réfugiant à Forgefer comme ses semblables, il vécut en paria, désireux de rester loin des regards de ses pairs. Enfin, lorsque le tram des profondeurs fut construit, il se mit en tête de rejoindre la capitale de l'Alliance, où, lui avait-on dit, se trouvaient de nombreux confrères.

Capitale de l'Alliance, vie cachée - Désireux de repartir de zéro, le petitgrand Zabble eut un peu de mal à retrouver ses compagnons démonistes. Par des recherches approfondies, il eut vent, surprenant de discrets chuchotis, d'une étrange réunion, se promenant aux abords de l'agneau assassiné pour se tapir dans l'ombre et y prendre un malin plaisir. Ce fut ensuite facile, il n'eut qu'à prouver son état au tenancier qui le laissa descendre dans les catacombes. Là, il fit ses preuves en invoquant devant tous un diablotin criard, qui d'habitude se contentait de porter ses affaires. Il était accepté, joie, ô, joie!

Pendant de longues années, il ne sortit que rarement de sa tanière, seulement pour se sustenter et acheter du matériel. Renforçant encore sa maîtrise de l'énergie des défunts Orcs, il se spécialisa assez vite dans les sorts d'entropie, trempant avec un risque égal à son plaisir dans la magie de l'ombre.

Norfendre, Croisade d'Argent - Les années passèrent et se ressemblèrent, pour le lanceur de sorts, jusqu'à ce qu'une irruption dans son cercle aussi soudaine que malheureuse ne le fit mettre à la porte. Précisément, il s'enfuit à nouveau lorsqu'un Gnome, lui aussi mis au parfum par le défunt précepteur de Zabble, s'en vint jouer du crincrin dans les oreilles des autres membres du cercle caché, racontant à tous comment le vil apprenti, mû d'une bien méchante pensée, fit détruire son mentor par des coups de massues Gnolls.

Bien évidemment, personne ici n'était un enfant de coeur, et le traître en question se fit presque féliciter d'avoir réussi à progresser dans sa quête de puissance. Zabble, néanmoins, se sentant trahi, prit ses clic et ses clac, et s'en alla droit vers le recruteur de la Croisade d'Argent le plus proche. "Si même les miens croient à ces inepties, j'irai combattre aux côtés de notre opposé!"

Ainsi, le démoniste se vit donner un beau tabard, souvenir qu'il conserve encore à ce jour, et fut mis à l'épreuve. Bien entendu, les morts-vivants décérébrés n'étaient pas de taille face au grand Zabble!

Cataclysme & retour à Forgefer - Le conflit terminé, roi-liche décédé, le croisé déserta plus ou moins, ayant eu vent de l'adjonction nouvelle des Sombrefer au triumvirat qui gouvernerai désormais Forgefer. Bien entendu, il ne fit pas exception à l'évacuation des Gnomes de la cité, et dût se trouver un toit dans la Nouvelle-Brikabrok, après avoir séjourné quelques temps à Kharanos, sans succès. De ce jour-ci, il garda un fort ressentiment envers les Nains.

Se retrouvant à nouveau parmi les siens, vagabondant entre les demeures de ses confrères démonistes et l'auberge des Nains de la ville voisine, il décida de changer de nom: Lublevier commençait à faire ridicule. Il se mit d'abord à la recherche d'un simple surnom, mais n'en trouva pas qui lui convenait. Il ne lui resta plus alors qu'à inventer quelque chose et s'émanciper une bonne fois pour toute.

(Travail en cours, ne voici qu'un premier jet grossier; seuls les grandes lignes s'y trouvent, et elles ne sont PAS terminées. Soyez patients, nom d'une pipe à ressort!)

Biographie exaustive

Naissance & petite enfance - Premier né de la famille Lublevier, de parents ingénieurs de profession, son enfance se déroula sans accrocs, alors qu'il grandit dans la petite demeure familiale, espace réduit où il eut à s'entasser contre sa famille proche, la place manquant à Gnomeregan. D'un tempérament calme, à l'air introverti, le tout jeune Zabble ne semblait pas de prime abord promis à une destinée hors-norme. C'était bien sûr sans deviner ses propres aspirations: sous ses airs de sage enfant se cachait un esprit déjà tourmenté, prédisposé à toutes les vilénies. Aussi, loin des yeux de ses pairs, il lui fut donné d'exercer quelques actes malfaisants, propres aux jeunes de son âge: combien de cafards n'aura-t-il pas torturé à l'aide de loupes prismatiques!?

Adolescence et apprentissage de la magie - Bien assez vite, son paternel se rendit compte du manque d'enthousiasme du petit en ce qui concernait l'apprentissage de l'ingénierie et des sciences techniques, ses résultats dans le domaine restant à désirer. Sans nul doute désireux de voir sa progéniture s'épanouir, il lui trouva bien assez vite un mentor-dans la personne de Fulgo Tord-mana, qui, passé un bref "dépistage" révélateur de tout le potentiel cosmico-arcanique du jeune homme, l'embaucha comme apprenti. S'ensuivit une longue série de travaux pratiques aussi peu attrayants que répétitifs; laver et polir les instruments, lustrer les fioles, ce genre de choses ô combien pesantes.

Malgré tout, l'attrait de la demi-portion pour les choses de la magie était bien là, et assez vite il lui fut permis de s'entraîner à préparer et lancer ses premiers sortilèges. Là encore, assez rapidement, son excellence dans tout ce qui touchait à la manipulation des énergies telluriques fut notée. Il se fit même quelques amis, dont l'un des assistants "sénior"  de son maître. C'est à cette période-ci que ce dernier lui fit part, évasif, de son désir d'explorer de nouveaux horizons et de repousser les limites de la magie. Hélas, pour lui, rien à cette époque ne le permettait encore.


Âge adulte - Aux alentours de sa quarantaine, devenu adulte, Zabble maîtrisait somme toute assez bien les bases théoriques et pratiques de la magie conventionnelle. Sans mentir, il lui était possible, son don inné s'exprimant sans retenue, de rivaliser avec n'importe quel mage lambda sans pâlir. Néanmoins, il lui manquait quelque chose, un sentiment d'inachevé trottait dans son génial cortex, à chaque fois qu'il canalisait l'énergie des lignes telluriques, ou qu'il transformait un rival en mouton. Malgré cela, il fut un apprenti dévoué, et jamais ne quitta l'apprentissage qui lui avait été offert, se satisfaisant de ce qu'il trouvait être le peu qu'on lui donnait. Sans problèmes, toute sa vie de jeune adulte se déroula calmement, jusqu'à la Première guerre.

De l'ouverture de la porte des ténèbres à l'introduction aux arts sombres - Âgé de 76 ans, lorsque la horde de peaux-verte déferla sur le monde, il prit part aux conflits aux côtés de ses condisciples et des Nains de Forgefer, l'émissaire de ces derniers ayant pris le soin de rapporter aux petits peuples la vérité concernant la nécessité de créer une Alliance pour repousser l'envahisseur extra-planétaire.

Lors de la grande contre-attaque, en Pleine Deuxième guerre, vaillant comme pas deux, Zabble eut le grand plaisir de tester ses pouvoirs dûment étudiés sur des cibles vivantes. S'étant orienté vers la maîtrise du feu, il prit un malin plaisir à voir ses adversaires fondre littéralement ou exploser sous ses évocations de feux d'enfer, avant de devoir se retirer précipitamment dans la cité de Forgefer, la Horde ayant envahi Loch Modan.

Au hasard de la campagne menée par Gnomeregan, il eut le bon plaisir de croiser à nouveau le disciple sénior qui s'était confié à lui sur ses rêves de grandeur. Ce dernier semblait changé, surveillant les ombres et paraissant bien moins aimable que par le passé. Voyant en Zabble un allié digne de confiance, le confident n'ayant jamais vendu la mèche en pleine méritocratie pour évincer un potentiel rival qui manquait d'ambition, il lui révéla ce qu'il savait, tirant sous sa modeste masure de réfugié, hors de coffres dissimulés, des ouvrages aux allures démentielles, démoniaques presque, couverts de runes et rédigés en langue Orque.

Destruction de Gnomeregan et fuite à Forgefer - En pleine Troisième Guerre, il n'est pas question de contester la position qu'occupait Gnomeregan dans le conflit: la ville était assiégée par une invasion massive de Troggs. Et, dans cette cité lentement submergée, Zabble avait eu avant le temps de faire bien plus que balbutier dans les arts sombres.

N'écoutant que son courage, son discrict étant l'un des premiers frappés par l'incursion des troglodytes, le nouveau démoniste fut pris d'une irrésistible envie de fuir sa demeure, par simple instinct de survie. Ne voulant pas partir les mains vides, il se débarrassa de son ancien mentor et collègue, le jetant en patûre aux Troggs assoiffés de conquête lors d'une escarmouche, et prit la poudre d'escampette en emportant ses notes et grimoires.

Se réfugiant à Forgefer comme ses semblables, il vécut en paria, désireux de rester loin des regards de ses pairs. Enfin, lorsque le tram des profondeurs fut construit, il se mit en tête de rejoindre la capitale de l'Alliance, où, lui avait-on dit, se trouvaient de nombreux confrères.

Capitale de l'Alliance, vie cachée - Désireux de repartir de zéro, le petitgrand Zabble eut un peu de mal à retrouver ses compagnons démonistes. Par des recherches approfondies, il eut vent, surprenant de discrets chuchotis, d'une étrange réunion, se promenant aux abords de l'agneau assassiné pour se tapir dans l'ombre et y prendre un malin plaisir. Ce fut ensuite facile, il n'eut qu'à prouver son état au tenancier qui le laissa descendre dans les catacombes. Là, il fit ses preuves en invoquant devant tous un diablotin criard, qui d'habitude se contentait de porter ses affaires. Il était accepté, joie, ô, joie!

Pendant de longues années, il ne sortit que rarement de sa tanière, seulement pour se sustenter et acheter du matériel. Renforçant encore sa maîtrise de l'énergie des défunts Orcs, il se spécialisa assez vite dans les sorts d'entropie, trempant avec un risque égal à son plaisir dans la magie de l'ombre.

Norfendre, Croisade d'Argent - Les années passèrent et se ressemblèrent, pour le lanceur de sorts, jusqu'à ce qu'une irruption dans son cercle aussi soudaine que malheureuse ne le fit mettre à la porte. Précisément, il s'enfuit à nouveau lorsqu'un Gnome, lui aussi mis au parfum par le défunt précepteur de Zabble, s'en vint jouer du crincrin dans les oreilles des autres membres du cercle caché, racontant à tous comment le vil apprenti, mû d'une bien méchante pensée, fit détruire son mentor par des coups de massues Gnolls.

Bien évidemment, personne ici n'était un enfant de coeur, et le traître en question se fit presque féliciter d'avoir réussi à progresser dans sa quête de puissance. Zabble, néanmoins, se sentant trahi, prit ses clic et ses clac, et s'en alla droit vers le recruteur de la Croisade d'Argent le plus proche. "Si même les miens croient à ces inepties, j'irai combattre aux côtés de notre opposé!"

Ainsi, le démoniste se vit donner un beau tabard, souvenir qu'il conserve encore à ce jour, et fut mis à l'épreuve. Bien entendu, les morts-vivants décérébrés n'étaient pas de taille face au grand Zabble!

Cataclysme & retour à Forgefer - Le conflit terminé, roi-liche décédé, le croisé déserta plus ou moins, ayant eu vent de l'adjonction nouvelle des Sombrefer au triumvirat qui gouvernerai désormais Forgefer. Bien entendu, il ne fit pas exception à l'évacuation des Gnomes de la cité, et dût se trouver un toit dans la Nouvelle-Brikabrok, après avoir séjourné quelques temps à Kharanos, sans succès. De ce jour-ci, il garda un fort ressentiment envers les Nains.

Se retrouvant à nouveau parmi les siens, vagabondant entre les demeures de ses confrères démonistes et l'auberge des Nains de la ville voisine, il décida de changer de nom: Lublevier commençait à faire ridicule. Il se mit d'abord à la recherche d'un simple surnom, mais n'en trouva pas qui lui convenait. Il ne lui resta plus alors qu'à inventer quelque chose et s'émanciper une bonne fois pour toute.

Étonnant et détonnant, son Réflectolume fut créé par un simple procédé: en inversant la polarisation d'un gadget de protection contre l'ombre, en l'enchantant avec les runes appropriées, puis en gorgeant le réceptacle de magicomburant précédemment placé à l'intérieur de sa propre magie noire, il sut se doter d'un répulsif puissant, mais à usage unique, capable de neutraliser -une seule fois- les sorts de Lumière sur son porteur. Il n'arriva à finaliser qu'un prototype, se faisant raccompagner manu-militari par le paladin de Forgefer sur lequel il testa l'invention et qui lui confisqua. Comme privé de son propre enfant , il vit son nouveau nom se faire pulvériser au sol en même temps que son gadget. D'où un plus vif ressentiment envers les demi-hommes.

Se raccrochant à son prototype désormais brisé, il s'en servit pour se forger un nouveau nom. Néanmoins, tous ses camarades ne furent pas d'accord, et aujourd'hui encore certains peuvent y trouver à redire. Enragé, il prit une énième fois la fuite, préférant semble-t-il désormais les sorties fracassantes aux départs silencieux. Il se réfugia où les auberges étaient chaudes et servaient bien, arpentant les routes sans plus jamais se fixer.

Aujourd'hui - Le Gnome est désireux de partir au front contre la Légion pour amasser des babioles et artefacts, afin d'agrandir toujours plus sa puissance. Trouvera-t-il compagnie pour y aller?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Très vilain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Revanche des Aigles :: Bibliothèque de l'hôtel de ville :: Textes & Récits-